Portrait de Jonathan Pinkerton

Doctorants

Mon expérience doctorale a été un mélange de dissolution de soi et de reconstruction.

J'ai obtenu une licence en écriture créative dans mon pays natal, les États-Unis, en 2013, après quoi j'ai travaillé comme assistant juridique au bureau du procureur de district de ma région, me spécialisant dans les services de protection de l'enfance et de garde d'enfants. En partie à cause du poids émotionnel de ce travail, je suis revenu avec un regain d'appréciation pour l'académie en 2019 et ai obtenu une maîtrise en littérature anglaise en 2020. Les deux diplômes ont été obtenus à l'Université d'État de Wichita, pour laquelle j'ai une grande affection, en particulier pour mes superviseurs de maîtrise, les docteurs Rebeccah Bechtold, Darren DeFrain et Francis Connor. Je suis également reconnaissant pour l'opportunité, pendant et après mes études supérieures, d'enseigner quelques cours d'anglais universitaire.

En 2021, je suis devenu lauréat d'une cotutelle entre les Initiatives pour la Science, l'Innovation, les Territoires et l'Économie - Université de Lille Nord-Europe (I-SITE ULNE) du Groupe d'Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication (GERiiCO) et le Centre d'Études Médiévales et Modernes de l'Université de Kent (MEMS). En 2022, j'ai déménagé en France — sans parler français — pour commencer à travailler sur « Les Manuscrits de Marlowe », mon projet de thèse en association avec The Oxford Marlowe, sous la supervision doctorale généreuse du Professeur Widad Mustafa El Hadi et du Dr Joana Casenave avec GERiiCO, ainsi que du Dr Rory Loughnane et du Professeur Catherine Richardson avec MEMS, à chacun desquels je suis profondément reconnaissant. En janvier 2024, j'ai déménagé en Angleterre pour continuer mon travail sur placement à Canterbury avec MEMS.

Mon projet de thèse, « Les Manuscrits de Marlowe », implique une recherche sur l'histoire de la publication du canon existant de Christopher Marlowe, poète/dramaturge de la période moderne précoce, incluant le suivi de son dossier de publication, la fréquence des réimpressions, et tout changement introduit à chaque réimpression, suivi par une analyse de la manière dont les réimpressions adhéraient ou déviaient des itérations précédentes, tout cela en utilisant des outils digitaux — par exemple, logiciels de reconnaissance de texte, langages de balisage, logiciels de comparaison de texte, certaines intelligences artificielles, etc. En illustrant comment l'information évolue à travers la manipulation de texte, ma recherche éclaire non seulement des perspectives historiques souvent négligées, mais améliore également notre compréhension des pratiques d'information passées et présentes. De plus, elle contribue au développement d'outils et de méthodologies pour des études historiques similaires, ainsi qu'à des pratiques en sciences de l'information pour préserver l'intégrité de l'information à l'ère numérique, notamment dans le contexte des intelligences artificielles dérivées des modèles linguistiques.

Les cotutelles sont par nature caractérisées par leur interconnectivité, et la fusion de l'histoire des réimpressions de l'anglais moderne précoce et des sciences de l'information s'est avérée substantiellement impliquée. Mais les roses s'épanouissent parmi les ronces ; cela m'a apporté à la fois une grande joie et des contrariétés de m'atteler au travail ardu de jongler avec les concepts et de connecter des idées apparemment éloignées pour arriver à des découvertes intéressantes et inattendues. Grâce à cela, je perçois Marlowe sous un jour différent de beaucoup de mes collègues historiens de l'anglais moderne précoce — je vois ce qui reste de son corps comme une collection d'informations, dont la dissection a des implications pour la(les) culture(s) qui l'ont digéré et qui continuent de le digérer ; je vois également l'information dans un contexte que mes collègues scientifiques de l'information, du moins avec moi, discutent rarement, celui de l'impression moderne précoce, et les implications pour son historicité et ses connexions à la textualité et au textualisme modernes. J'ai été provoqué et humilié, avec une appréciation paradoxale de l'interconnectivité et des détails. J'ai commencé en me demandant « Qu'est-ce que l'information ? » et je suis surpris de m'être rapproché de « Qu'est-ce qui n'en est pas ? »

Mais ce serait trompeur, ou reviendrait à omettre quelque chose, de laisser entendre que la principale contribution, pour moi, de mes programmes jumeaux a été professionnelle. Je crois que si vous voulez que des esprits sains et solides détiennent des doctorats, alors le processus doctoral lui-même doit favoriser la santé mentale. Comme beaucoup d'entre vous le savent, les rigueurs de l'académie, en général, ne favorisent pas le bien-être mental. Ou du moins pas automatiquement. Si l'objectif final d'un doctorat est de contribuer à un monde meilleur, d'aider les autres, pour pouvoir le faire, il est de la responsabilité des doctorants de s'aider eux-mêmes d'abord. Médecin, guéris-toi toi-même — mais aussi mathématiciens, médiévistes.

L'amélioration personnelle nécessaire pour survivre au processus doctoral a requis la dissolution de nombreuses choses que je tenais auparavant pour essentielles, y compris mon identité (linguistique, nationale, politique, professionnelle et, dans une certaine mesure, individuelle), mes conforts et mécanismes de gestion du stress, et mes conceptions de mon expertise professionnelle. Le processus doctoral a également mis à nu plus généralement ces faiblesses de mon apprentissage avec lesquelles j'avais auparavant été incapable, ou réticent, de confronter — un manque d'expérience, de perspective ; ma dépendance à l'apprentissage basé sur des objets textuels tout en dépendant simultanément du traitement dialogique ; certaines neurodivergences — mais heureusement, bien que douloureusement, le processus par lequel j'ai été contraint de traiter ces problèmes a amélioré, et améliore, la qualité supérieure de ma vie. Je suis plus « averti techniquement », et généralement un meilleur artisan de mes outils. J'ai été exposé à de nouvelles pensées, de nouvelles poésies. Je bois moins (bien que pas « non » !) de vin, j'utilise moins de nicotine. Je médite maintenant. Je suis plus présent, plus attentif. Je suis plus politiquement conscient et actif, plus conscient en tant que citoyen du monde. J'espère être plus bienveillant. Je me comprends mieux, comprends mieux mon cerveau. Mes intérêts académiques et personnels se sont à la fois étendus et, dans certains cas, fusionnés. J'ai fait des amis éclectiques et charmants. Je parle maintenant français — un peu, en tout cas.

J'ai entendu décrire l'académie comme une série de pics isolés, chaque savant grimpant plus haut vers le sommet de son propre domaine et s'éloignant ainsi des autres. Je pense qu'il y a une vérité là-dedans. Mais j'ajouterais que mon expérience a été autant une question de traversée de vallées que d'escalade de pics ; cela a été un processus de connexion, en voyageant péniblement à travers les basses terres, en reliant divers sommets montagneux et en appréciant les panoramas de chacun, ainsi que leur témoin. Cela procure un grand bénéfice personnel, acquis à un coût élevé (une perte de confort, d'ego, du moi que j'étais), mais je trouve cela utile tout de même.