« Matérialité(s) et formes sociales »

 

Coordination : Patrice de la Broise & Susan Kovacs

Ce séminaire a pour objectif de questionner les « régimes de matérialité » à l’oeuvre dans nos communications modernes. Quels regards portons-nous sur les dispositifs info-communicationnels en tant qu'artefacts qui réifient autant nos échanges qu’ils servent l’idéal (ou l’idéologie) d’une dématérialisation ? Il ne s’agit pas tant de savoir à quoi servent les objets que de comprendre comment ils jouent un rôle actif dans les processus sociaux (Hoskins, 2006). Tandis que des dispositifs de « gouvernementalité », à l’exemple des « architextes » (Jeanneret & Souchier), performent l’activité dans des champs et contextes multiples de pratiques et de décisions professionnelles (cf. axe 1), de nouveaux objets servent également la médiation et la médiatisation (cf. axe 2), l’organisation et la circulation des connaissances (cf. axe 4). Ainsi les pratiques d’écriture, y compris scientifiques, donnent-elles lieu à de multiples médiations techniques qui en affectent les formes. Le fantasme d’une écriture « sans trace et sans mémoire » est démenti par une rematérialisation (Chartier, 2008), voire une « matérialité au carré » (Jeanneret, 2007) renvoyant à des enjeux de pouvoir que quelques acteurs se disputent.


L’analyse des dispositifs numériques dans les processus de communication accorde une place importante à leur matérialité technique et sémiotique, mais aussi institutionnelle et socio-économique. Alors que le numérique donne l’illusion d’une disparition du support au profit d’une visibilité accrue des contenus, l’approche par la matérialité réhabilite, d’une part, l’analyse des circulations sociales comme processus de transformation des informations (et non de leur seul transport ou mise en forme). Elle consiste, d’autre part, à saisir un processus de signification d’usages (cf. axe 3) qui ne passe pas par de simples mots mais par la prise en compte de ce que les personnes font de l’outil et en interprètent à partir de leurs
pratiques et de leurs contextes d’activités.


Conformément au projet scientifique du GERiiCO, et en guise de prologue (et épilogue) au colloque co-organisé en mars 2020 avec le laboratoire PREFICS (Rennes 2), nous souhaitons ouvrir un débat sur le statut épistémologique et pratique des objets, machines et autres matérialités (ou matérialisations) informationnelles et communicationnelles. Quels que soient leurs dimensions et leurs usages, nous suggérons que les artefacts constituent des dispositifs de cristallisation des mémoires de multiples logiques d’actions individuelles et collectives : ils permettent d’agir, avec des chances raisonnables de succès, dans un monde et des contextes qui doivent en permanence faire l’objet de mises en sens. Il s’agit centralement d’interroger la matérialité du social dans ses liens avec l’activité humaine. Nous nous intéresserons en particulier à la nature des matérialités en présence (objets, outils, artefacts, machines…) comme agencements venant à la fois contraindre et habiliter les actions collectives. La démarche engagée s’inscrit en rupture avec des approches tendant à réifier le monde matériel et technique et par là-même à le séparer du monde social, tout comme avec celles se réclamant d’une hypothétique « dématérialisation ».

 

PROGRAMME PREVISIONNEL

 

12 décembre 2019 (16h30-19h00) – salle des conseils de Pont-de-Bois (forum -1)
Séance 1 : « Matérialité(s) : essai d’archéologie d’un concept et de ses formes associées »
Patrice DE LA BROISE (GERiiCO) & Laure Bolka (GERiiCO)

 

16 janvier 2020 (16h30-19h00) 
Séance reportée : « Un mouvement social dans sa matérialité»
Jonathan CLIFTON (GERiiCO) & Romain HUET (PREFICS)

 

6 février 2020 (16h30-19h00)
Séance reportée : « Implications esthétiques de la réalité virtuelle»
Antonio RAFELE (GERiiCO)

 

13 février 2020 (16h30-19h00)
Séance reportée : « Étudier les artefacts communicationnels en contexte : le cas de la publicité et du design graphique dans les espaces publics urbains »(en lien avec le séminaire programmé en février à Ascoli)
Simona DE IULIO (GERiiCO) & Carlo VINTI (Université IUAV de Venise)
Doctorante : Fabiola LEONE

 

19 mars 2020 (16h30-19h00)
Séance reportée : « Les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique » (numéro de Terminal à paraître)
Céline MATUSZAK (GERiiCO) & Fabien LABARTHE (ELICO) et/ou Marianne TRAINOIR (CREAD)

 

16 avril 2020 (16h30-19h00)
Séance reportée: « Le document à l’épreuve du numérique : quelle (im)matérialité ?»
Widad MUSTAFA EL HADI (GERiiCO)

 

14 mai 2020 (16h30 – 19h00)
À PRÉCISER
Doctorant(e) :

 

4 juin 2020 (16h30 – 19h00)
Séance : « Matérialités discursives »
Susan KOVACS (GERiiCO)

 

 

« Images : pratiques, usages, représentations »

 

                                    Coordination par Stéphane Benassi

Le séminaire « Images : pratiques, usages, représentations » se propose d'aborder certaines questions actuellement posées non seulement par la prolifération des images dans l’espace public et les organisations mais aussi par celle des discours les concernant, questions qui mettent ou remettent en jeu plusieurs problématiques de caractère ontologique, catégorial et épistémologique : qu'est-ce que l'image ? Quels critères pour sélectionner les images prégnantes ? Quels outils pour formuler des hypothèses rigoureuses ? Quelles méthodologies d’analyse mobiliser ?


Plutôt que de chercher à fournir des réponses, le séminaire entend articuler des questions et susciter des discussions susceptibles de se situer au croisement des approches particulières développées au sein des quatre axes du laboratoire GERiiCO.


Ainsi le séminaire proposera-t-il des réflexions portant notamment sur la place de l’image, fixe et animée, dans l’éducation aux médias ; sur la résurgence des dispositifs audiovisuels d’organisations à l’heure du numérique et des réseaux sociaux ; sur le rôle des images dans la formation de l’« expérience publique » et les constructions territoriales ; sur la façon dont les réseaux sociaux, poussés par (et/ou comme en témoigne) le récent  succès d’Instagram, redéfinissent notre rapport aux contenus (audio)visuels ; sur la façon dont l’image est susceptible de « traduire » des données afin de les rendre plus « lisibles » ; sur les innovations liées à la production et la consommation d’images en régime numérique.

 

Ce séminaire, comme l’indique son titre, vise donc essentiellement à s’interroger sur la prise en compte des spécificités communicationnelles de l’image dans l’analyse des processus de médiation, de médiatisation et de remédiation contemporains en termes de pratiques, d’usages et de représentations.

 

Calendrier prévisionnel :


Jeudi 13 décembre 2018 // 16h-18h30 //Maison de la Recherche - Salle F0.15
Séance 1 : Présentation : « Ceci n’est pas une image »
Stéphane Benassi (GERiiCO – Université de Lille)


Jeudi 24 janvier 2019 // 16h-19h //Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 2 : La place des images dans l’éducation aux médias
Amandine Kervella (GERiiCO – Université de Lille) & Aminata Kane (GERiiCO – Université de Lille)


Jeudi 28 février 2019 // 16h30-19h // Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 3 : Images et organisations
Thomas Heller (GERiiCO – Université de Lille) et Lyonnelle Ngouana (GERiiCO – Université de Lille)

Jeudi 28 mars 2019 // 16h30-19h //Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 4 : Images et représentations sociales
Sarah Sepulchre (GRICAM – Université Catholique de Loivain) et Marion Dalibert (GERiiCO – Université de Lille)

 

Jeudi 4 avril 2019 // 16h30-19h //Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 5 : "le langage cinématographique comme langage ordinaire" = le langage cinématographique dans l'espace de la communication quotidienne
Roger Odin (Institut de Recherche en Cinéma et Audiovisuel - Paris 3)


Jeudi 25 avril 2019 // 16h30-19h //Maison de la Recherche - Salle F0.15
Séance 6 : Images : pratiques et réception
Clément Combes (CNRS – École des Mines de Paris) et Hervé Glévarec (CNRS – Université Paris Dauphine)


Jeudi 16 mai 2019 // 16h00-19h//Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 7 : Images, données, corpus
Laurence Favier : « Introduction : contributions de l’axe 4 de GERiiCO aux recherches sur l’image »
Sophie Pittalis : « De la graphique aux visualisations cartographiques de données
Marianne Cailloux et Joana Casenave : « L’image médiévale : entre représentations et expressions multimodales »
Marcilio De Brito : « Une syntaxe pour l'image dans la construction de meta-langages documentaires ». 


Jeudi 23 mai 2019 // 16h30-19h// Maison de la Recherche - Salle F0.13
Séance 8 : Images : circulation, appropriation, transformation
Laure Bolka-Tabary (GERiiCO – Université Lille 3) et Luca Acquarelli (GERiiCO – Université de Lille)


Jeudi 13 juin 2019 // 16h30-19h //Maison de la Recherche - Salle F0.15
Séance 9 : Images et territoires
Benoit Berthou (LabSIC – Université Paris 13) et Sébastien Févry (GIRCAM – Université Catholique de Louvain)

 

Programme 

"«Pratique(s)», «usage(s)» et «réception(s)» : comment analyser ce que les publics font des médias ?"

Coordination : Marion Dalibert, Amandine Kervella et Béatrice Micheau

 

Ce séminaire doctoral souhaite mettre en lumière, interroger et discuter des méthodologies et théories qui permettent de penser et d’analyser ce que font les individus des médias. Alors qu’un nombre important de recherches produites au sein des sciences de l’information et de la communication questionne les « usages », les « pratiques » ou la « réception » que font les « publics », les « spectateurs » ou les « usagers » des technologies (téléphone portable), des médias d’information ou des lieux de médiation (bibliothèques, musées..), nous aimerions comprendre quelles sont les différences entre celles-ci et en quoi ces différences — y compris dans la terminologie employée — sont reliées au choix du terrain, de l’objet, de la méthodologie et de l’ancrage théorique et épistémologique. Qu’est-ce que la sémio-pragmatique ou la socio-sémiotique, l’École de Francfort, ou les cultural studies font aux analyses portant sur les effets des médias ? Comment même travailler la notion d’effet au regard de notions comme celles d’appropriation, de détournement ou de résistance ? Qu’est-ce que le questionnaire, l’analyse des traces, l’entretien ou l’observation ethnographique, voire même des dispositifs d’observation, produisent comme résultats, mais aussi traduisent comme positionnements sur les médias, leurs utilisateurs et la place du chercheur dans le dispositif de production de connaissances ?

Plus que les résultats de recherche, les communications devront mettre en avant la méthodologie et l’ancrage théorique mobilisé ainsi que les réflexions du chercheur et de la chercheuse sur ceux-ci.

 

Jeudi 16 novembre 2017 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)

Séance 1 : Introduction

Marion Dalibert (GERiiCO – Université de Lille SHS),  Amandine Kervella (GERiiCO – Université de Lille SHS), Béatrice Micheau (GERiiCO – Université de Lille SHS)

 

Jeudi 7 décembre 2017 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)

Séance 2: Les usages des dispositifs de médiation

Juliette Dalbavie (GERiiCO – Université de Lille SHS) et Mathias Heizmann (GERiiCO – Université de Lille SHS)

 

Jeudi 11 janvier 2018 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)

Séance 3 : Saisir les pratiques médiatiques en situation

Emilie Da Lage (GERiiCO – Université de Lille SHS) et Susan Kovacs (GERiiCO – Université de Lille SHS)


Jeudi 1er février (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)

Séance 4 : Etudier les pratiques de consommation alimentaire

Marie Berthoud (GERiiCO – Université de Lille SHS) et Elodie Sevin (GERiiCO – Université de Lille SHS)

SEANCE REPORTEE AU JEUDI 8 MARS 2018 AUX MEMES HORAIRES

 

Jeudi 15 février 2018 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)

Séance 5 : Analyser des réceptions peu interrogées : celles du terrorisme et des théories du complot

Coralie Le Caroff (GERiiCO - Université de Lille SHS / CARISM - Université Paris 2) et Pierre Lefébure (IRISSO - Université Paris 13-Nord)

 

Jeudi 29 mars 2018 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)

Séance 6 : Analyser ce que les « jeunes » font des médias

Othniel Go (GERiiCO – Université de Lille SHS) et Florence Rio (GERiiCO – Université de Lille SHS)

 

Jeudi 12 avril 2018 (16h30 – 19h00, salle TICE B1.485)

Séance 7 : Analyser les usages du numérique dans une perspective Cultural studies

Fred Pailler (CAPHI – Université de Nantes) et Nelly Quemener (Laboratoire IRMECCEN – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

 

Jeudi 31 mai 2018 (16h30 – 19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)

Séance 8 : Penser les usages genrés du numérique  

Laure Bolka (GERiiCO – Université de Lille SHS) et Zoé Maltet (GERiiCO – Université de Lille SHS)

 

Programme 

 

 

"De l'influence en SIC"

Coordination : Patrice de la Broise

 

D'une notion-écran, on est fondé à se demander ce qui s'y projette. Et pour les besoins d’un séminaire doctoral, il nous semble que la notion (ou concept) d’influence peut être propice à la poursuite d’un dialogue inter-axe amorcé lors de l’assemblée générale du GERiiCO en janvier 2015.  Information et communication dans les organisations, culture et médias dans l’espace public, innovation par l’usage et dispositifs numériques, circulation de l’information et organisation des connaissances, l’influence n’est étrangère à aucun axe de recherche du GERiiCO.  


Qu’il s’agisse de communication médiatique, de communication politique, de réseaux numériques, de médiation culturelle, de marketing et de publicité, de relations presse et de relations publiques, etc., l’influence est « au cœur de toute interaction sociale de la communication interpersonnelle à la communication de groupe » (Jouët, 2005). Elle demeure pourtant assez peu discutée en SIC.  Dans l’ambivalence d’une action (acte ou discours) visant à agir sur l’attitude, le comportement ou l’opinion d’une « cible », nous proposons de questionner la dimension téléologique d’un agir stratégique qui, depuis les origines grecques de la rhétorique au lobbying le plus contemporain, en passant par la propagande, tend à assimiler l’influence à une entreprise de manipulation.

Or la pensée critique, utile et éclairante pour explorer l’articulation entre communication et influence, commande aussi  — par-delà les analyses psycho-sociales — de questionner ces « jeux d’influence » dont les terrains, les règles et les participants interrogent également les dynamiques info—communicationnelles à l’œuvre, l’engagement des acteurs, leurs pratiques et usages d’outils multiples eux-mêmes inscrits dans des dispositifs plus vastes et complexes de médiation et/ou de médiatisation.  


À la confluence des sensibilités scientifiques qui s’expriment au sein du GERiiCO, ce séminaire doctoral 2016-2017 entend — par le truchement d’un concept — faire écho à divers programmes formatifs et de recherche en SIC engagés par les enseignantschercheurs et doctorants du laboratoire. 

 

 

Les séances actuellement programmées sont les suivantes :

 

Jeudi 12 janvier 2017 (16h30-19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 1 : « L'influence, un concept fondateur et discret en SIC »
Patrice de la Broise (GERiiCO) et Zineb Benrahhal-Serghini

  

Jeudi 26 janvier 2017 (16h00-19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)
Séance 2 : « Ecrire pour influencer, la rhétorique du lobbying et des think tanks »
Lucile Desmoulins (DICEN) et Emeline Seignobos (GRIPIC)

 

Jeudi 9 février 2017 (16h00-19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 3 : « Mesure l'influence scientifique en termes d'impact : potentiel et limites des nouveaux indicateurs scientométriques »
Joachim Schöpfel (GERiiCO) et Hélène Prost (INIST-GERiiCO)

 

Jeudi 9 mars 2017 (16h00-19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 4 : « La notion de frontière au cœur de la stratégie d’influence multimodale de Viktor Orbán » 
Renáta Varga (GERiiCO) & Domitille Caillat, doctorante (ICAR, Lyon)

 

Jeudi 27 avril 2017 (16h00-19h00, Maison de la recherche, salle F0-41)
Séance 5 : « La prescription culturelle » (titre provisoire) 
François Debruyne (à confirmer) & Marie Deprès-Lonnet (à confirmer)

 

Jeudi 11 mai 2017 (16h00-19h00, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 6 : « L'influence est-elle un concept opérationnel pour penser la circulation de l'information dans les réseaux sociaux? » (titre provisoire) 
Laurence Favier (GERiiCO) & Albaraa Altourah et/ou Zhenfei Feng, doctorants (GERiiCO)

 

Jeudi 1er juin 2017 (14h00-16h30, Maison de la recherche, salle F0-41)
Séance 7 : « La  fabrique de l’opinion sur Internet » (titre provisoire) 
Aurélia Lamy (GERiiCO) & Julien Boyadjian(CERAPS)

 

Programme 

 

 

**************************************************

Indications bibliographiques :  


Bernard, F., « Les théories de l’influence en communication : perspectives nord-américaines et françaises », Hermès, 71, 2015, p. 45-57

Charaudeau, P., « L’argumentation dans une problématique d’influence », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 02 octobre 2008, Consulté le 10 octobre 2016. URL : aad.revues.org/193

D’Almeida, N., Les promesses de la communication. Paris, Presses Universitaires de France, 2001

Daverio, F. ; Marsan, C., La communication d’influence, CNPJ Éditions, 2009

Delporte, C., Image et politique en France au XXe siècle, Nouveau Monde Éd. 2006

Ducas, S., Pourchet, M. (dir.), « De la prescription : comment le livre vient au lecteur »,  Communication et Langages, N° 179, mars 2014* 
Fourquet-Courbet, M-P., « Influence attendue et influence effective de la publicité sur l’internet », Questions de communication, 5, 2004, p. 31-53.

François, L. ; Zerbib, R., Influentia (2ème édition), Lavauzelle Éditions, 2015

Gorius, A ; Moreau, M., Les Gourous de la com, La Découverte, 2011

Heiderich, D., Influence sur Internet, Magazine de la communication de crise et sensible, Observatoire International des Crises, 2009

Hermann, L., Giraudat, J., « Jeu d’influence », Éditions de La Martinière, 2014

Jouët, J., « Du bonheur de la psychologie sociale », Questions de communication, 8, 2005, p.135-144.

Olivesi, S., « L’information sous influence scientifique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 10 octobre 2016. URL : rfsic.revues.org/594 ; DOI : 10.4000/rfsic.594

Taïeb, E.,  « Logiques politiques du conspirationnisme », Sociologie et sociétés, vol. 42, n° 2, 2010, p. 265-289.  

 

 

Séminaire doctoral de spécialité en Sciences de l'information et de la communication

Piloté par Patrice de la Broise et Stéphane Chaudiron

 

Le séminaire doctoral de spécialité 2015-2016 s’inscrit dans la continuité de la réflexion sur les cadres théoriques et les approches méthodologiques mobilisés au sein du laboratoire en Sciences de l’information et de la communication (SIC). Il sera notamment l’occasion de revenir sur des concepts phares et de les discuter sur la base des programmes de recherche et des thèses accomplis ou en cours au sein de GERiiCO. Il vise à fournir un éclairage théorique, conceptuel et méthodologique qui s’adresse en particulier aux doctorant(e)s en SIC mais pourra également intéresser l’ensemble des doctorants en sciences humaines et sociales de l’École doctorale.

 

Le format des séances retenu vise à encourager la discussion entre les enseignants-chercheurs et les doctorants. Après deux ou trois présentations de cadrage, dont une présentation d’un(e) doctorant(e), un temps important sera réservé au débat.

 

Les séances actuellement programmées sont les suivantes :

 

Jeudi 25 février 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 1 : Pratiques informationnelles / pratiques info-communicationnelles : terrains, démarches, paradigmes

Présentation : À travers un retour critique sur des recherches variées, nous interrogerons de manière transversale nos concepts et nos positionnements théoriques. L'objectif sera de montrer les enjeux et les tensions autour de nos choix terminologiques et nos démarches méthodologiques, et de questionner la posture du chercheur face à la demande socio-institutionnelle à l'origine des travaux menés sur les pratiques info-communicationnelles associées à des situations variées.

 

Interventions :

Susan Kovacs: Culture informationnelle et lieux de savoir

Amandine Kervella: Pratiques d'information (info-news) en réseau des jeunes et leurs pratiques audiovisuelles

Bérengère Stassin: La construction de la réputation des entreprises à travers les pratiques info-communicationnelles des consommateurs

 

Références bibliographiques :

Etudes de communication n° 35 (2010) dossier thématique consacré aux "Pratiques informationnelles : Questions de modèles et de méthodes."

Jacob, C. (2011),  Pour une anthropologie historique des savoirs. Conférence présentée le 4 février 2011 devant la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme. Paris, EHESS.

Maury Y., Kovacs S., Thiault, F. (2015), Culture informationnelle et learning centres, in Culture informationnelle : vers une propédeutique numérique (sous la direction de M. Ihadjadène, A. Saemmer et C. Baltz), Paris, Hermann, p. 285-307.

Paganelli C., Clavier V. (2011), « Le forum de discussion : une ressource informationnelle hybride entre information grand public et information spécialisée » dans Yasri-Labrique É. dir, Les forums de discussion: agoras du XXIe siècle ? Théories, enjeux et pratiques discursives, Paris, L’Harmattan, p. 39-55.

 

Jeudi 3 mars 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 2 : Médias et Territoires : modalités d'approche et concepts en débat
Jacques Noyer, Bruno Raoul et Eric Kergosien

Présentation :

Il s'agira, d'une part, de rendre compte du rapport entre médias et territoires et d'envisager les approches conceptuelles permettant de saisir, dans le discours de différents médias, les logiques représentationnelles des espaces, des lieux, des imaginaires territoriaux,... oeuvrant dans le cadre de ce que l'on peut considérer comme relevant d'un « travail territorial » des médias.

Il sera question d'autre part de présenter, sur la base d’une définition « simplifiée » et formalisée de la notion de territoire, quelques exemples de méthodes quantitatives et cas d’applications offrant une représentation du territoire implicitement décrite dans des corpus documentaires.

 

Références bibliographiques :

Kergosien E., Point de vue ontologique de fonds documentaire territorialisés indexés, Thèse de doctorat, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2011.

Kergosien E., Laval B., Roche M., Teisseire M., “Are opinions expressed in land-use planning documents?”, International Journal of Geographical Information Science, vol. 28, issue 4, jan. 2014.

Kergosien E., Alatrista-Salas H., Gaio M., Güttler F., Roche M., Teisseire M., “When textual information becomes spatial information compatible with satellite images”, Proceedings of the 8th International Joint Conference on Knowledge Discovery and Information Retrieval (KDIR'2015), Lisbon, 2015, p. 301-306.

Noyer J., Raoul B., « Le “travail territorial” des médias. Pour une approche conceptuelle et programmatique d’une notion », Études de communication, n° 37, 2011, p. 15-45.

Noyer J., Raoul B, Pailliart I. (dir.), Médias et Territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013.

 

Jeudi 17 mars 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-41)
Séance 3 : « Organisation, Texte et Décision »
Patrice de la Broise, Céline Matuszak, Alice Dubard

Présentation :

L’organisation comme texte — ou, à tout le moins, comme lieu de production de textes – est ici l'objet d'un questionnement sur la textualité et la textualisation des organisations. Par delà des fonctions de représentation et de mise en récit (d'Almeida,, 2012), nous interrogerons surtout la performativité (Denis, 2006) et l'agentivité (Cooren, 2010) du texte dans l'organisation et son activité.

Revenant sur les "écritures normées et écritures normatives" (de la Broise & Grosjean, 2010), nous discuterons l'agir du texte en contexte de travail (Delcambre 2014), en considérant notamment les scripts (Akrich, 1987), métatextes (Robichaud, 2004) et architextes (Jeanneret et Souchier, 1999) qui participent de l'action et de la décision (et/ou de l'évaluation) dans des cadres organisationnels multiples (PJJ, UNESCO, centre culturel, université, hôpital…). Outre un programme de recherche aujourd'hui achevé (Matuszak, de la Broise & al.), quatre recherches doctorales (Bouillaguet, 2015 ; Gout, 2015 ; Wathelet, 2015, Dubard - en cours -) viendront en appui de ce questionnement.

 

Références bibliographiques :

Akrich M., « Comment décrire les objets techniques », Techniques et culture, 9, 1987, p. 49–64.

Almeida (d') N., Les promesses de la communication, PUF, 2012

de la Broise P., Grosjean S. (2010), « Normes et écriture de l’organisation » (coord.), Études de communication, vol. 34, p. 9-21

de la Broise P., Matuszak C., « Normes, Professionnalité, Organisation : l'écriture des éducateurs de la PJJ », in Actes du colloque International  "Communiquer dans un monde de normes" , Université Lille 3, ENPJJ, Roubaix, 9 mai 2012 , p. 169-174

Bouillaguet E., « Organisation, Information et Communication de l’espace culturel : approche d’une cas d’entreprise et modélisation », thèse de doctorat en Sciences du langage - linguistique, Université de Limoges, 2015.

Cooren, F., (2004), “Textual agency : How texts do things in organizational settings”, Organization, 11/3, p. 373-393.

Delcambre P., « Écrire au magistrat : une pratique si « commune » que cela à la PJJ ? », Les Cahiers Dynamiques, 2014/3 (n° 61)

Denis, J. « Les nouveaux visages de la performativité », Études de communication, 29, 2006

Dubard A., de la Broise P., « La construction communicationnelle du patrimoine : la mise en texte d’une candidature à la labellisation Unesco », communication au colloque « La valorisation des patrimoines », Taroudant, 21-23 avril 2015.

Gout M., « Technicisation du raisonnement médical : une approche communicationnelle des pratiques délibératives et interprétatives en cancérologie », Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, CERTOP, Université de Toulouse, 2015

Jeanneret Y, Souchier E. « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, 6, 1999, p. 97–107.

Matuszak C., Delcambre P. (dir.), Écrire au magistrat. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, Presses du Septentrion, 2016 [sous presse]

Robichaud, D., Giroux, H. et Taylor, J. R., (2004), « The meta-conversation : The recursive property of language as the key to organizing », Academy of Management Review, vol. 29, 4, p. 617-634.

Taylor, J.R., « La dynamique de changement organisationnel – Une théorie conversation/texte de la communication et ses implications », Communication & Organisation, 3, Bordeaux, GREC/O,1993

Wathelet E., « Autorité et auteurités émergentes dans un environnement organisationnel non-hiérarchisé en ligne : le cas de la construction de règles sur Wikipédia », thèse de doctorat en Information et Communciation, Lasco, Université Catholique de Louvain, 2015

  

Jeudi 31 mars 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 4 : L’écriture (numérique) du patrimoine
Cécile Tardy & Marie Després-Lonnet // Geoffroy Gawin, Hamet Ba, Marise Rizza

Présentation 

La première partie du séminaire sera consacrée à la présentation de deux concepts qui participent à la construction de notre approche des médiations des savoirs et des patrimoines, ceux de la patrimonialisation et de l’écriture. L’intérêt du concept de patrimonialisation est de focaliser l’attention non pas sur les patrimoines eux-mêmes, mais sur le processus de reconnaissance du statut de patrimoine pour des objets, des espaces, des savoir-faire etc. De ce point de vue, la question n’est pas celle de l’accumulation permanente de nouvelles catégories de patrimoines mais celle de l’analyse des modalités de production du patrimoine et de leur renouvellement.

Le recours au concept d’écriture vise à comprendre le rôle organisateur d’un élément tiers dans la patrimonialisation. L’écriture est entendue au sens large d’un moyen de communication possédant, outre une dimension linguistique, une dimension matérielle et visuelle, qui conditionne l’existence du patrimoine et du passé dans notre société. Un des enjeux actuels de l’implication de l’écriture dans la patrimonialisation est l’analyse de la transformation des patrimoines en données informationnelles et des dispositifs numériques qui prennent en charge leur circulation.

La deuxième partie du séminaire ouvrira sur trois recherches en cours, réalisées au sein de GERiiCO, concernant des processus de patrimonialisation. Elles montreront le dialogue qui peut s’instaurer autour de la thématique entre trois axes du laboratoire : culture et médiation, information-documentation, communication des organisations. Geoffroy Gawin présentera son travail sur les évolutions des médiations mémorielles autour des dispositifs testimoniaux dans les musées de la résistance ; Hamet Ba abordera le cas de la patrimonialisation des archives télévisuelles africaines dans le contexte de la mondialisation de l’information documentaire ; Maryse Rizza s’intéressera aux changements comportementaux et aux répercussions organisationnelles de la numérisation des dossiers d'œuvre sur le processus d'inventaire du patrimoine muséographique..

 

Références : 

Davallon J. (2006). Le Don du patrimoine. Paris : Lavoisier.

Davallon J. (sous la dir. de). 2012. L’économie des écritures sur le web. Vol. 1 Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme. Paris : Hermès Sciences-Lavoisier (Coll. « Ingénierie représentationnelle et construction de sens »).

Després-Lonnet M. (2015). Temps et lieux de la documentation : transformation des contextes interprétatifs à l'ére d'Internet, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Lille.

Després-Lonnet M. (2014). « Le patrimoine culturel numérique : entre compilation et computation », in Culture et Musées, n° 22, p. 71-88.

Doueihi M. 2008. La grande conversion numérique. Paris : Éditions du Seuil.

Gawin G., Lamboux-Durand A. (2014). « Etude info-communicationnelle des témoignages au sein de musées de la Résistance : présentiel versus dispositifs techniques audiovisuels », in XIXème Congrès de la SFSIC - Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l’Information et de la Communication et perspectives de recherches[en ligne]. Toulon Var. 4 juin 2014. Disponible à l’adresse : http://sfsic2014.sciencesconf.org/browse/author?authorid=240672.

Gellereau Michèle, Casemajor, Nathalie.(2009) « Les visites en ligne du patrimoine photographique : quelle évolution des dispositifs de médiation ? », in Muséologie et sciences de l’information : regards croisés, destins croisés, Elaine Ménard, Dir., Documentation et bibliothèques, Volume 55, n°4, oct-déc. 2009, ASTED, Montréal, Canada, pp. 189-199.

Gellereau Michèle, Dalbavie Juliette, « Numérisation du patrimoine, médiation culturelle, pratiques culturelles des publics : comment saisir l’évolution des processus de patrimonialisation ? », Colloque Patrimoines et humanités numériques : quelles formations ?, Paris, 2012.

Harris R. 1993. La sémiologie de l’écriture. Paris : Éditions du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Rizza M. (2014). « La numérisation du dossier d’œuvre : enjeux organisationnels pour les musées », in Culture et musées, n° 22. Documenter les collections, cataloguer l’exposition. (sous la dir.de Gérard Régimbeau). Arles : Actes Sud. P. 25-45

Souchier E., Jeanneret Y., LeMarec J. (sous la dir. de). 2003. Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information (BPI)-Centre Georges Pompidou.

Tardy, C., Renaud L. (sous la dir. de). 2016. « Pratiques d’espaces. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? (1) », Études de communication, 45.

Tardy, C., Jeanneret, Y. (sous la dir. de). 2007. L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques. Paris : Hermès Sciences-Lavoisier. (Coll. « Systèmes d’information et organisations documentaires »).

 

Jeudi 28 avril 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 5 : Identités, médias, espaces publics
Leticia Andlauer et Marion Dalibert

Présentation:

Cette séance portera sur les enjeux méthodologiques et théoriques que soulèvent les études en sciences de l’information et de la communication qui questionnent les médias à l’aune de la problématique des identités. Il s’agira alors de se demander, d’une part, si le genre, l’âge ou encore la classe sociale ont une quelconque influence sur les usages et les pratiques médiatiques ; et, d’autre part, si tous les groupes, peu importe leur identité sociale, ont les mêmes possibilités d’accès aux espaces publics et de participation à la configuration des problèmes de société. Deux interventions illustreront ces interrogations. La première s’intéressera à l’étude du genre dans la pratique du jeu vidéo pour adolescentes, tandis que la seconde portera sur l’analyse du récit médiatique du féminisme.

 

Références bibliographiques :

Dalibert Marion (2015). « Médias et mouvements sociaux minoritaires : un accès à la sphère publique régulé par la “‘francité”’ ? », in Sciences de la société n° 94, p. 15-30.

Fraser Nancy (2001). « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », in Hermès n° 31, p. 125-156.

Hyeshin Kim (2009). "Women's Games in Japan Gendered Identity and Narrative Construction" in Theory, culture & societyn°26, vol. 2-3, p.165-188.

Lignon Fanny (2013). « Des jeux vidéo et des adolescents. A quoi jouent les jeunes filles et garçons des collèges et lycées ? » in Le Temps des médias n° 21, p. 143-160.

Pasquier Dominique (1999). La culture des sentiments. L'expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme.

Voirol Olivier (2005). « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », in Réseaux n° 129-130, p. 89-121.

 

Jeudi 9 juin 2016 (16h30-19h, Maison de la recherche, salle F0-13)
Séance 6 : Images et cultures visuelles
Stéphane Benassi, Laure Bolka

Présentation:

Stéphane Benassi : « Les émotions imaginaires : une expérience esthétique du télévisuel »

Les émotions imaginaires – entendues au sens d’émotions “réelles” provoquées par les récits de l’imaginaire – sont des émotions “normales”, acceptables et non paradoxales se situant au cœur de l’expérience esthétique des fictions plurielles de la télévision, dans la mesure où c’est sur elles que repose la relation sensible à ces fictions. Si, d’une façon générale, la fréquentation de la fiction nous permet de faire l’expérience de certaines émotions, il semble que la fiction plurielle de la télévision aille plus loin en nous permettant de faire l’expérience de la vie.

La notion d’expérience esthétique, entendue au sens d’expérience sensible, se situerait donc au cœur de la communication télévisuelle dans la mesure où elle ne concerne pas exclusivement l’un des aspects de cette communication (le média, les publics, les programmes, etc.) mais désigne plutôt l’ensemble des interactions entrant en jeu dans le cadre de celle-ci.

En pensant l’esthétique des fictions plurielles de la télévision, nous entendons dépasser les approches particulières (sémiotiques, narratologiques, sociologiques, anthropologiques, discursives, etc.) qui dominent leur étude depuis une dizaine d’années pour les appréhender de façon globale en nous concentrant sur la relation (sensible) qui lie ses productions à leurs publics. Il nous semble que ce ne sera que dans le cadre d’une approche esthétique du télévisuel que pourra se développer une analyse des productions télévisuelles qui soit autonome, précise et complète.
Laure Bolka-Tabary : « Interagir avec l’image: enjeux de l’usage de la photographie dans les dispositifs numériques ».

Nous interrogerons la place de l’approche sémiotique dans les recherches en SIC, et plus spécifiquement dans les recherches sur les dispositifs numériques (sites web, blogs, webdocumentaires, applications pour tablettes et smartphones)  et dans le cadre de l’innovation par l’usage. Nous présenterons différents projets de recherche dans lesquels la compréhension des images, leur appropriation par les usagers et l’interaction avec ces images constituent des enjeux majeurs de la conception. L’approche sémio-pragmatique, qui s’intéresse à la construction du sens, permet, couplée à une approche socio-cognitive, une étude qualitative des dispositifs numériques “innovants” et de leurs usages. Elle permet une évaluation contextualisée des dispositifs qui place les concepteurs face à la complexités des usages réels et des profils d'utilisateurs.

 

Références :

Stéphane Benassi : "Les émotions imaginaires : une expérience esthétique de l'audiovisuel", Habilitation à Diriger des Recherches (juin 2015).

Laure Bolka-Tabary. La circulation des contenus télévisuels au cœur des pratiques médiatiques.. Mediation et information, L'Harmattan, 2007, pp 213-220.

Laure Bolka-Tabary. Transferts d'images à la télévision. . Communications et langages, 2006, 149 (1), pp 15-27. 

 

Bolka L., « L’expérience visuelle du web documentaire : approche sémio-pragmatique des interfaces ». Actes du  16èmecolloque international sur le document électronique (CiDE 16) - Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation. Europia, 2013.

Bolka, L., Desprès-Lonnet, M. « S’adapter pour innover. Imaginaires et réalités de la conception d’un “webdocumentaire” pour tablette ». In Fourmentraux, Jean-Paul (dir). Digital Stories, éditions Hermann, collection Cultures Numériques, 2016. 

Bolka, L., “Semiotic approach of media metamorphoses: towards a visual homogenization of the Internet?” Actes de la 5ème conférence « Communication and Reality » : « Metamorphosis of the media space ». Universitat Ramon Llull, Barcelone, 2009.

 

Approches critiques et Sciences de l’information et de la communication

 

 

Piloté par : Stéphane Chaudiron, Émilie Da Lage, Thomas Heller, Bernard Jacquemin, Paola Sedda, Bérengère Stassin.

 

Le projet du séminaire est de nourrir la réflexion sur la démarche critique en SIC (Sciences de l’Information et de la Communication), notamment à partir de ce que peuvent en dire les chercheurs de GERiiCO. Le rapport entre critique et SIC renvoie ici à l’élaboration selon les critères de la recherche scientifique d’une mise en cause d’un certain ordre social, qui implique d’une manière ou d’une autre de la communication (des discours, des technologies, des institutions, des intéractions), et/ou dont l’étude implique les outils conceptuels et théorique relevant des SIC.

Il s’agit de discuter les apports des démarches critique en SIC, de discuter du rôle des SIC dans l’appréhension critique des évolutions des sociétés, de débattre autour de travaux spécifiques relevant de tel ou tel axe de GERiiCO et s’inscrivant, d’une manière ou d’une autre, dans cette logique critique. Il s’agit aussi de s’interroger sur les enjeux actuels d’une démarche de recherche qui se donne pour tâche de produire des connaissances susceptibles de constituer un appui pour une action émancipatrice.

 

Programme

 

11 décembre 2014
Séance 1 :  De la critique comme démarche de recherche. Quelques repères et difficultés.
Thomas Heller (GERiiCO- Lille3)

 

22 janvier 2015
Séance 2 : De la théorie critique de la société et de son influence sur les travaux en SIC : Habermas & Honneth.
Paola Sedda et Thomas Heller (GERiiCO – Lille3)

19 février 2015
Séance 3 : De Honneth à Karpik : un usage circonspect de diverses ressources critiques pour analyser les industries créatives
François Debruyne (GERiiCO – Lille3) et Vincent Bullich (Paris 13)

 

12 mars 2015
Séance 4 : TIC : critiques des pratiques et pratiques critiques. (Construction socio-technique d’un rêve universaliste : le cas Wikipédia ; TIC et Construction d’un bien commun : une participation limitée ; L’internet contestataire comme pratique d’émancipation.
Paola Sedda, Bernard Jacquemin et Bérengère Stassin - (GERiiCO – Lille3).

 

16 avril 2015
Séance 5 : Expérience publique, pensée critique et territoire
Emilie Da Lage et Cédric Terzi - (GERiiCO – Lille3)

28 mai 2015
Séance 6 : enjeux sociopolitiques des systèmes d'organisation des connaissances. Quelle approche critique?
Widad Mustapha El Hadi, Laurence Favier et Ismaïl Timimi - (GERiiCO – Lille 3)

 

25 juin 2015
Séance 7 : La critique est-elle soluble dans les SIC ?
Fabien Granjon (CEMTI – Paris 8)

 

Contact : Thomas HELLER (thomas.heller@univ-lille3.fr)

 

Humanités numériques

Organisé par Laurence Favier (Professeur en SIC, GERiiCO)

 

 

Présentation

Le laboratoire GERiiCO propose un séminaire sur le thème « Humanités numériques ». Cette thématique transdisciplinaire concerne tous les acteurs des sciences humaines et sociales dont l’activité de recherche implique des corpus de documents numériques. La construction, le traitement et la valorisation de corpus d’enquêtes, de textes et d’images de types et d’époques diverses relèvent aujourd’hui, pour les sciences qui les manipulent, d’un enjeu commun, tellement essentiel qu’elles sont amenées à se rassembler autour d’une communauté de pratique nommée « humanités numériques ».

 

Selon les auteurs du Manifeste français de Digital Humanities (http://tcp.hypotheses.org/318) de 2010, cette communauté de pratique est née « de multiples communautés particulières issues de l’intérêt pour des pratiques, des outils ou des objets transversaux divers (encodage de sources textuelles, systèmes d’information géographique, lexicométrie, numérisation du patrimoine culturel, scientifique et technique, cartographie du web, fouille de données, 3D, archives orales, arts et littératures numériques et hypermédiatiques, etc.), ces communautés étant en train de converger pour former le champ des digital humanities ».

 

Le séminaire propose d’envisager les humanités numériques à la fois du point de vue des projets en cours et des questions épistémologiques qu’elles soulèvent quant au développement des sciences humaines et sociales.

 

Programmation

Les séminaires ont lieu le jeudi de 16h30 à 19h en salle F0.42 à la Maison de la recherche.

Jeudi 05/12 2013 
Séance d’Ouverture : Présentation de la problématique et du programme
Par Laurence Favier, professeur en SIC (Université Lille 3, GERiiCO).
Conférencier invité : D. Vinck, professeur de sociologie des sciences à l'Université de Lausanne : Humanités numériques et transformation des disciplines

Jeudi 09/01/2014
Séance 1 : Intelligence numérique
Conférencier invité : Milad Doueihi, Professeur, titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques, Université Laval (Québec, Canada)
Discutant : L. Favier et W. Mustafa El Hadi, professeur en SIC (Université Lille 3, GERiiCO).

Jeudi 06/03/2014
Séance 2 : Continuité sociales-historiques et discnontinuités anthropologiques des échanges de musique dans le passage au régime numérique
François Debruyne, maître de conférence en SIC (Université Lille 3, GERiiCO).

Jeudi 20/03/2014 :
Séance 3: Systèmes d’accès globalisé à la connaissance, W. Mustafa El Hadi professeur en SIC (GERiiCO)
Curation de contenu et anthologisation des connaissances : enjeux pour les Humanités numériques, Bertrand Vanderbeken, doctorant en SIC (GERiiCO)

 

Jeudi 17/04/2014
Séance 4 : "Humanités numériques et savoirs médicaux. Circulation et gestion des connaissances en médecine"
Conférencier invité : D.Vinck, professeur de sociologie des sciences à l'université de Lausanne.
Discutante: Marie Cauli, professeur à l'Université d'Artois.
Présentation: Laurence Favier, Université de Lille 3. Geriico

Jeudi 05/06/2014
Séance 5 : Médiation culturelle, études d'usages et numérique: état des lieux de quelques projets de recherche et retour sur la question de la médiation culturelle.
Michèle Gellereau, professeur émérite en SIC (Université Lille 3, GERiiCO) et J.Dalbavie, maître de conférence en SIC (Université Lille 3, GERiiCO)

Jeudi 12/06/2014
Séance 6 : Au programme, deux cas d’application des Humanités numériques : 
- Le texte du Coran au prisme du Traitement automatique des langues. Dr Rachida El Diwani, Faculté des Lettres - Université d'Alexandrie Filière des Langues Appliquées
- Les Archives Audiovisuelles de la Recherche. Pr Peter Stockinger, Professeur de Communication et Formation interculturelles à l’Institut National des Langues Orientales et directeur de l’Escom à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris.

 

Circulation et médiation des savoirs, des connaissances et des informations en Europe

Organisé par Widad Mustafa El Hadi (Professeur en SIC, GERiiCO) et Sylvie Condette (MCF en sciences de l'éducation CIREL-Profeor (CIREL)

 

 

Les trois journées s’inscrivent dans la continuité des travaux initiés depuis l’année universitaire 2010-2011 et visent à mettre en dialogue les savoirs issus de la recherche en sciences de l’éducation et en sciences de l’information et de la communication, sur une thématique fédératrice : la circulation et la médiation des savoirs, des connaissances et des informations en Europe.

 

8 mars 2013
Session 1 : "Coopération Numérique dans l’espace européen"
Organisatrices : Laurence Favier et Widad Mustafa El Hadi (GERiiCO)

Ce séminaire traite de la coopération numérique européenne en matière de documents et de contenus. Orientée essentiellement sur le développement économique (participation de l’industrie du numérique à la croissance et organisation unifiée d’un marché), la politique européenne du numérique (http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/our-goals) a également une vocation culturelle. L’accroissement des échanges numériques et la mutualisation des données et documents donnent lieu à des projets variés qui sont pourtant au fondement même d’une politique commune : bibliothèque numérique commune (l’Europeana mais aussi de multiples coopérations plus spécifiques), infrastructure de recherche avancée sur l’héritage culturel (projet Charisma), cadre d’interopérabilité européen pour le « e-gouvernement » afin que l’administration électronique se développe entre pays européens etc. Ajoutons encore l’application au domaine de l’information scientifique : la coopération scientifique numérique grâce aux réseaux sociaux dont certains sont à vocation européenne ainsi que la représentation de la production scientifique européenne dans les bases de données qui servent d’instrument d’évaluation de la recherche relèvent encore de l’ambition culturelle d’une politique numérique. C’est l’ensemble de ces sujets qu’abordera le séminaire Digital cooperation in Europe grâce aux contributions de scientifiques, professionnels et experts venant de : la Bibliothèque nationale de France, de l’University of Amsterdam, de la Bibliothèque universitaire de l’Université de Varsovie, de l’IFLA (International Libraries Associations Federation), de l’University College London, de l’Université de Toulouse, de l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur), de la Fondation de la Maison des Sciences de l'Homme de Paris, de l’Université de Lorraine.

Liste des interventions :

TEL et Europeana : exemples emblématiques de coopération entre institutions culturelles
Elisabeth Freyre, chargée de mission, Délégation aux relations internationales, Bibliothèque nationale de France

Ressources numériques dans l'espace européen : impact sur l'évaluation de la recherche  scientifique
 Viviane Couzinet, Professeur en Sciences de l'information et de la communication, Université de Toulouse et AERES, France

Benefits of collaborative digitization projects in Europe
Trilce Navarrete,  University of Amsterdam -Digital Heritage

 - Polish digital content in the European space
Zuza Wiorogorska, University of Warsaw Library & IFLA Information Literacy Section

Information architectures in e-government
John Akeroyd, Director: Information Reports Ltd & University College London

Interopérabilité des architectures documentaires : une opportunité d'intelligence collective au bénéfice des usagers
Fabrice Papy,  Directeur éditorial Hermès-Sciences, Professeur des universités, Université de Lorraine

La production, description et publication d'archives audiovisuelles personnalisées - un enjeu central pour les "digital humanities"
Peter Stockinger, Professeur des universités,  INALCO  et  Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH), Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)


12 avril  2013
Session 2 : Humanités Digitales
Organisatrices : Laurence Favier, Widad Mustafa El Hadi (GERiiCO)

 

Les humanités numériques désignent selon les auteurs du Manifeste français de Digital Humanities
(http://tcp.hypotheses.org/318) de 2010 une « communauté de pratique » née « de multiples communautés
particulières issues de l’intérêt pour des pratiques, des outils ou des objets transversaux divers (encodage de
sources textuelles, systèmes d’information géographique, lexicométrie, numérisation du patrimoine culturel,
scientifique et technique, cartographie du web, fouille de données, 3D, archives orales, arts et littératures
numériques et hypermédiatiques, etc.), ces communautés étant en train de converger pour former le champ des digital humanities ».

Dès 1966, une revue américaine nommée Computers and the Humanities préfigurait ce développement de la
recherche connu aujourd’hui sous le nom de Digital Humanities. A partir de 1978, l’Association for Computers
and the Humanities (ACH), créée à cette date, offre ce qu’elle appelle un « forum pour la recherche, les discussions et les explorations techniques » qui a alimenté la transformation à la fois des technologies et des
humanités à laquelle ,nous assistons depuis plus de trois décennies : “In the more than three decades since, developments in both technology and in the ways humanists understand and use technology have fundamentally transformed both domains. As the major US professional association for computing humanists, the ACH has provided a forum for the research, discussions, and technical explorations that have fueled this
transformation” (http://www.ach.org/history).


De 1966 à aujourd’hui, la thématique « humanités numériques » s’est donc à la fois poursuivie et fortifiée. Le
développement récent de cyber-infrastructures pour la science y a contribué : le besoin de pérenniser les
données de la recherche (essentiellement les corpus pour la recherche en sciences humaines et sociales) et de les partager grâce à leur mise en réseau a fait l’objet d’initiatives politiques spécifiques visant le développement des digital humanities (Caverni et Dacos, 2009 : Construire les Digital Humanities en France. Des cyberinfrastructures pour les Sciences Humaines et Sociales).

Les Digital Humanities s’inscrivent donc dans une histoire et ne peuvent être réduites à une mode passagère
suivant les soubresauts actuels du développement technologique. Pourtant les définitions données le plus
souvent ne semblent pas lui donner de fondements conceptuels. Les digital humanities seraient construites sur une communauté de pratique. Mais pour quelle pratique ? La pratique façonnée par des outils nouveaux
invente-t-elle de nouvelles humanités ? Est-il possible de passer de la pratique à la théorie de la pratique ?
Le séminaire du 12/04 prochain souhaite rassembler expériences et réflexions permettant d’éclairer ces
interrogations. Cet éclairage peut prendre deux directions au moins :

- l’une issue d’expériences relevant des humanités numériques : de la mise en oeuvre de pratique d’humanités
numériques à une réflexion sur leur nature

- et l’autre s’inscrivant dans l’histoire des pratiques intellectuelles : les humanités numériques illustrent-elles de
nouvelles pratiques intellectuelles? 

Modérateurs : Widad Mustafa El Hadi, Laurence Favier et Alain Deremetz

 

Liste des interventions :

 

Construire l'interdisciplinarité dans les cultures et les "humanités digitales" ?

Dominique Vinck, Professeur à l’Université de Lausanne.

fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Vinck
www.ird.fr/socanco/
www.cairn.info/publications-de-Vinck-Dominique--17552.htm

Classification in knowledge transfer between languages, domains and collections in humanities: from legacy
collections to the Web of linked data

Aïda Slavic Editeur en chef de la Classification Décimale Universelle, (UDCC) London, UK
www.udcc.org/members.htm
www.mendeley.com/profiles/aida-slavic/

Digital humanities, archives numériques et analyse du discours

Peter Stockinger, Professeur des universités à l’INALCO, Fondation de la Maison des Sciences de
l’Homme Paris.
ESCoM: www.semionet.fr
"Archives Audiovisuelles de la Recherche": www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/
ASA-SHS: www.asa-shs.fr

Walking through a library remotely

Andrea Scharnhorst, Directeur de recherche, Royal Academy of Arts and science, Amsterdam, Pays-Bas)
ehumanities.nl
www.dans.knaw.nl/en/content/contact/staff-members/andrea-scharnhorst

 

Les bibliothèques universitaires et les Humanités numériques

Isabelle Westeel, directrice du Service Commun de Documentation, Université de Lille 3

Humanités numériques et intelligence collective : amplifier l'accès aux connaissances

Fabrice Papy, Professeur des Universités, Université de Lorraine.
Directeur adjoint de l’ESCoM- FMSH Paris
Rédacteur en chef des "Cahiers du Numérique" (Hermès Science) : www.cairn.info |
lcn.revuesonline.com

Y a-t-il des Digital Classics ?

Aurélien Berra, Maître de conférences en rhétorique et littérature grecque, Université Paris-Ouest-
Nanterre et Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
u-paris10.academia.edu/berra
Séminaire "Digital Humanities" : www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/
Philologie à venir : philologia.hypotheses.org

 

24 mai 2013 
Session 3 :"La diversité culturelle en Europe"
Organisatrices : Sylvie Condette (CIREL) et Widad Mustafa El Hadi (GERiiCO)
Intervenants :

Francis DANVERS, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Charles de Gaulle – Lille 3, Marc DEPAEPE, Professeur d’Histoire de l’éducation, Université de Leuven KULAC

Marie-Anne HUGON, Professeure en sciences de l’éducation, Université de Paris Ouest Nanterre

 

La notion de médiation en information et communication

Organisé par Stéphane Chaudiron, professeur en SIC, GERiiCO 

 

Présentation

 

Le thème de la médiation est présent dans de très nombreux travaux de chercheurs et doctorants du laboratoire et a fait l'objet de nombreuses publications et colloques en Sciences de l'information et de la communication (SIC). À l'instar d'autres termes, comme celui de « dispositif », le terme de « médiation » s'est banalisé au point de devenir quasiment incontournable dans le champ professionnel, les discours publics et les travaux de recherche, même s'il reste encore souvent opaque et imprécis. On le rencontre parfois sous des formes dérivées comme intermédiationmédiateur ou infomédiaire (mot valise constitué de information et intermédiaire et qui désigne un ensemble de professions gravitant autours des fonctions de documentation et de veille, de knowledge et records management). Il est présent dans de nombreux textes institutionnels et professionnels, notamment dans les domaines des médias, de la culture, de la documentation, des organisations, de la justice, de la santé, et des activités marchandes.

Au-delà de l'utilisation de plus en plus fréquente du terme, il nous a paru important de voir en quoi ce terme était un concept, une notion réellement utile et pertinence en SIC. Dans la suite du séminaire consacré en 2010-2011 aux dispositifs, le séminaire de cette année sera l'occasion de nous demander en quoi une pensée de la médiation est possible, comment cette notion peut enrichir les sciences humaines et sociales, et quelle manière il est possible de la mobiliser.

Nous nous intéresserons donc à sa genèse : Comment cette notion a-t-elle émergé ? Quelles sont les sources et les références utilisées par les différentes communautés scientifiques ? À quels phénomènes cette notion renvoie-t-elle ? Pourquoi les SIC utilisent-elle cette notion de manière récurrente, y-ont-elles trouvé une nouvelle orientation épistémologique ou n'est-ce qu'un concept passe-partout ?

Pour ce séminaire doctoral, il s'agira de s'interroger sur la manière dont les chercheurs et les doctorants de GERiiCO appréhendent cette notion et la discutent. Chaque séance de séminaire comprendra une intervention d'un ou deux membres du laboratoire avec, si possible, l'intervention d'un collègue invité d'un autre laboratoire. Une séance d'ouverture fera le lien avec le séminaire sur les dispositifs et une séance de clôture aura pour but de faire la synthèse des interventions et des échanges.

Toutes les séances du séminaire se tiendront à la Maison de la Recherche de 16h30 à 19h. Les salles sont indiquées dans le calendrier ci-dessous.

 

Programmation 

24 novembre 2011 :
Séance 1 : Introduction du séminaire
Stéphane Chaudiron (GERiiCO)

 

24 novembre 2011 // Maison de la Recherche, salle F042
Séance 2 : « Du dispositif de médiation de l'information télévisée à la "place" du médiateur : le cas de L'Hebdo du Médiateur », Jacques Noyer (GERiiCO)
Présentation de la séance :

Cette première séance envisagera le concept de médiation sur le terrain spécifique de l'information télévisée et à partir du dispositif mis en place par France 2, par le biais de l'émission L'Hebdo du Médiateur. Il s'agira, plus particulièrement, d'analyser la « place » (multiple) du médiateur, dans cette configuration, et la variété des rôles qu'il assure - relativement aux enjeux que recouvre la pratique de cette « parole intermédiaire ».

Bibliographie :

Noyer Jacques, Quand la télévision donne la parole au public : la médiation de l'information dans l'Hebdo du Médiateur, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrio, 2009.

 

5 janvier 2011 // Maison de la Recherche, salle 20
Séance 3 : « La notion de médiation culturelle en débat »
Michèle Gellereau (GERiiCO), Lucile Desmoulins (CNAM-DICEN et GERiiCO), Christine Servais (Université de Liège)
La séance vise à ouvrir la discussion sur la médiation culturelle à partir de trois exposés présentant différents points de vue.

Présentation de la séance :

Michèle Gellereau (GERiiCO) : Retour sur quelques travaux de GERiiCO sur la médiation culturelle : le paradigme des pratiques …et après ?

À partir d’un retour sur un certain nombre de productions du laboratoire qui travaillent la notion de médiation, Michèle Gellereau souhaite mettre en discussion ce qu’apporte l’analyse des pratiques de médiation à la construction ou à la critique de la notion.

Lucile Desmoulins (CNAM-DICEN et GERiiCO) : Les enjeux de l’affichage de la notion de médiation culturelle

Lucile Desmoulins s'intéresse à l'hypothèse selon laquelle la notion de  médiation serait convoquée et affichée en tant qu'elle permettrait de  résorber ou - non exclusif - d'éluder des tensions sociales douloureuses. À partir d'un travail en cours portant sur deux contextes principaux d'emploi du terme médiation (« théâtre d’entreprise », approche "territoire population" de Culture commune), il s'agira de dessiner autant que d'interroger l'idéal de la médiation et les enjeux de son affichage.

Christine Servais (Université de Liège) : La médiation au LEMME (ULG) : problématisation et conceptualisation de la notion à travers ses usages

Christine Servais partira d’un  travail collectif autour de la notion de médiation pour cerner les contextes d'émergence et d'emploi du terme, les différents courants et les enjeux que ces emplois révèlent en matière de définition mais aussi de structuration du champ.

 

2 février 2012 // Maison de la Recherche, salle 20
Séance 4 : « Sur la neutralité de la notion de médiation »
Simona de Iulio (GERiiCO) et Cécile Méadel (École des Mines Paristech).

Présentation de la séance :

À travers les regards croisés de Simona De Iulio (GERiiCO) et Cécile Méadel (École des Mines – Paristech), cette séance vise à questionner la neutralité de la notion de médiation en faisant référence notamment aux dispositifs, pratiques et acteurs de la médiation entre production et consommation. L’intervention de Simona De Iulio se propose de faire un bilan synthétique de la littérature sur la notion de médiation marchande et d’aborder les questions soulevées par l’emploi du concept de médiation pour désigner les processus communicationnels entre production et consommation. Ensuite, à partir des résultats de ses travaux récents sur la quantification des publics, Cécile Méadel examinera la manière dont les mesures d'audience organisent la médiation entre production et consommation.

 

Bibliographie

Cochoy, Franck, (sous la dir. de) La captation des publics, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004.

Hennion, Antoine, « De l’étude des médias à l’analyse de la médiation : esquisse d’une problématique », Bougnoux, Daniel (sous la dir. de), Sciences de l’information et de la communication, Paris, Larousse, 1993, pp. 687-697

Hennion, Antoine ; Méadel, Cécile, « Les ouvriers du désir. Du produit au consommateur, la médiation publicitaire », Sociologie de la communication, vol. 1, n° 1, 1997, pp. 593-619.

Lees-Maffei, Grace, « The production - consumption - mediation paradigm », Journal of Design History, vol. 22, n° 4, 2009, pp. 351-376.

McFall, Liz, « What about the Old Cultural Intermediaries? An Historical Review of Advertising Producers »,  Cultural Studies, vol. 16, n° 4, 2002, pp. 532-552.

Méadel, Cécile, « Du public à la cible : mesures des téléspectateurs et publicité », dans De Iulio, Simona, (sous la dir. de), Savoirs et savoir-faire des professionnels de la publicité : histoire et perspectives (1950-2009), Actes de la quatrième journée d’études Thémat’ic, 20 mars 2009, Strasbourg, 2010, pp. 33-42.

Negus, Keith, « Work of cultural intermediaries and the enduring distance between production and consumption » Cultural Studies, 2002, vol. 16, n° 4, pp. 501-515

 

15 mars 2012
Séance 5 : « De la médiation à la communication directe. L'impact des archives institutionnelles sur le rôle des bibliothèques »
Joachim Schöpfel (GERiiCO) et Isabelle Le Bescond (SCD de Lille 1)

Présentation de la séance :

La première archive ouverte arXiv a été créée en 1991 par Paul Ginsparg à Los Alamos pour diffuser les prépublications des chercheurs en physique. L'objectif principal d'arXiv était d'abord d'accélérer la communication scientifique par la mise en ligne des manuscrits (preprints) avant leur publication par les revues, puis la conservation à plus long terme de ces documents.

Ce prototype d'une communication scientifique directe a rencontré un vif succès. Aujourd'hui, on compte plus de 2000 archives ouvertes dans l'univers de la recherche, et leur nombre augmente toujours. Vingt ans après la création d'arXiv, le modèle est devenu un vecteur alternatif de la communication scientifique, complémentaire et parfois en concurrence avec l'édition scientifique traditionnelle. On estime le contenu des sites en France à environ 10% de la production scientifique française. Une partie de la production scientifique n'est plus accessible qu'à travers d'une archive ouverte.

Au fil du temps, le paysage des archives ouvertes s'est diversifié, et d'autres fonctions et finalités se sont greffées sur la communication directe. Certains sites sont limités à une catégorie de document (thèses, rapports, mémoires de Master…) ou à un domaine scientifique tandis que d'autres reflètent la production d'une communauté disciplinaire ou d'une institution. Certains pays ont développé un dispositif national et centralisé d'archives ouvertes (comme la France avec le Centre de Communication Scientifique Directe du CNRS), d'autres ont favorisé la mise en réseau des réalisations locales.

Les archives institutionnelles – des sites hébergés par une université, un établissement scientifique, une école… pour diffuser les travaux de leurs chercheurs - servent aujourd'hui surtout à augmenter la visibilité et l'impact d'une institution sur le Web et à faciliter l'évaluation des laboratoires, équipes et chercheurs. Les enjeux à venir sont doubles, d'une part trouver une solution pour les résultats ou données de recherche (datasets), et d'autre part, intégrer tout cela dans l'infrastructure émergente des systèmes d'information de la recherche.

Dans cet environnement de communication directe, peut-on encore parler de médiation ? Quel est devenu le rôle des médiateurs traditionnels de l'information scientifique, en particulier des bibliothèques universitaires et services de documentation scientifique ?

 

Bibliographie :

 

C. Armbruster & L. Romary (2009). `Comparing Repository Types: Challenges and Barriers for Subject-Based Repositories, Research Repositories, National Repository Systems and Institutional Repositories in Serving Scholarly Communication'. Social Science Research Network Working Paper Series .

C. Aubry & J. Janik (2005). Les archives ouvertes, enjeux et pratiques. ADBS, Paris

E. Bester (2010). `Les services pour les archives ouvertes : de la référence à l'expertise'. Documentaliste - Sciences de l'Information, 47(4):4-15.

M. Rigeade (2012). `Les archives ouvertes institutionnelles en France : état des lieux et perspectives'. Master's thesis, ENSSIB, Villeurbanne.

J. Schöpfel & H. Prost (2010). `Développement et Usage des Archives Ouvertes en France. Rapport. 1e partie : Développement'. Tech. rep., Université Charles-de-Gaulle Lille 3.

J. Schöpfel & H. Prost (2011). `Le libre accès en 2010 - Nice, Metz, Paris et ailleurs'. Bulletin des Bibliothèque de France 56(2):85-88.

 

5 avril 2012 
Séance 6 « Entre succès et entente : quel agir communicationnel en médiation ? », « Intervenir en tiers aujourd’hui », 
Marie-Elisabeth Volckrick (Université Catholique de Louvain)

Présentation de l'intervention :

Dans un contexte d’éclatement des différents régimes de normativité, la résolution des conflits, la prise de décision ou, plus généralement, la facilitation de la communication, appellent de façon croissante des modes de médiation, des instances psychologiques, sociales, juridiques visant à intervenir « en tiers » dans les cas où les individus et les groupes n’arrivent pas à interpréter correctement leur situation, ne voient pas d’issues acceptables aux divergences qui surgissent lors de l’action en commun. Dans cette perspective, le tiers apparaît, non pas comme juge ou arbitre mais comme « médiateur » ou « facilitateur ». Mais que vise alors l’idée de tiers ? Prenant appui sur une différenciation pragmatique de l’idée de tiers (Volckrick, 2005), l’objectif de cette contribution au séminaire est de distinguer deux manières d’intervenir « en tiers » aujourd’hui et de poser la question de leur articulation.

 

Biographie :

Elisabeth Volkrick enseigne et poursuit des recherches à l’Université catholique de Louvain (UCL) en théories et pratiques de la médiation et en théories et pratiques psychosociales de la communication. Elle s’intéresse aux conséquences psychosociales des mutations des modes de régulation de nos sociétés modernes et contemporaines et, plus particulièrement, à ce qui est en voie d’émergence : une reformulation des dispositifs de régulation sociale qui s’accompagne d’une extension des dispositifs de médiation, de communication, de négociation. Elisabeth Volkrick a mené des travaux de recherche interdisciplinaire portant notamment sur la question du tiers dans les dispositifs de prévention et de règlement des différends, sur celle de la légitimité du médiateur, sur le rapport entre évolution de l’Etat et pratiques de médiation.

marie-elisabeth.volckrick[chez]uclouvain[point]be

 

Bibliographie 

Ouvrages :

VOLCKRICK Elisabeth (2005), Avons-nous encore besoin d’un tiers ?, Toulouse, Erès. (ouvrage collectif, avec la participation de Jean-Pierre Lebrun, Lina Balestriere, André Berten, Dominique Bourn, Jean De Munck, Dany-Robert Dufour et Raphael Gély)

VOLCKRICK Elisabeth (1996), Discours et lien social. Etude de l’impact du discours sur le lien social, Faculté des Sciences Economiques, Politiques et Sociales, Université catholique de Louvain, n°293, CIACO, Louvain-la-Neuve.

 

Articles :

VOLCKRICK Elisabeth (2011), « La médiation technique dans les dispositifs. Pour penser les phénomènes transitionnels au cœur de la vie sociale et de ses mutations », in Objet transitionnel et objet-lien. Regards croisés. Louvain-la-Neuve. Harmarran-Academia.

VOLCKRICK Elisabeth. (2009), Les usages du tiers dans la négociation, Colloque de Cerisy-la-Salle, Négociations, n°12, Penser la négociation aujourd’hui, Bruxelles, Ed. De Boeck Université, pp. 131-146.

VOLCKRICK Elisabeth. (2008), Les fonctions sociales de l’institution de la médiation dans les Services Publics, Les Cahiers des Sciences Administratives (CSA bilingue), Plainte et Médiation, n°15, Bruxelles, Ed. Larcier-De Boeck, pp.15-20.

VOLCKRICK Elisabeth. (2008), L’institution de la médiation dans la fonction publique, Bulletin d’information du conseil supérieur de l’audiovisuel, n° hors série : Médiation et Régulation audiovisuelle.

VOLCKRICK Elisabeth. (2008), Médiation et santé : l’expérience belge, Revue de prévention et de règlement des différends (RPRD), Faculté de Droit, Université de Sherbrooke, vol. 6 n°1, Ed. Yvon Blais, pp.3-17.

VOLCKRICK Elisabeth (2008), Intervenir en tiers aujourd’hui, Revue de prévention et de règlement des différends (RPRD), Faculté de Droit, Université de Sherbrooke, vol.5, n°1, Ed. Yvon Blais, pp.68-83.

VOLCKRICK Elisabeth., « Santé et Médiation : la situation en Belgique », in Ch. Cuy Ecabert  et O. Guillod (eds.) Actes du colloque Santé et médiation, Institut du Droit de la santé, Faculté de Droit, Centre de recherche sur les modes alternatifs et juridictionnels de gestion des conflits, Université de Neuchâtel, Berne Weblaw/Schulthess, pp.19-32, 2008.

VOLCKRICK Elisabeth.(2007), « Intervenir en tiers aujourd’hui », Négociations, 1, Bruxelles, De Boeck, pp.75-88, 2007.

VOLCKRICK Elisabeth (2007), (ss la dir.), Présentation du dossier : « Légitimation et Communication », n°25, Louvain-la-Neuve, Recherches en Communication, Département de Communication, Université catholique de Louvain, pp. 7-13.

VOLCKRICK Elisabeth & Stéphanie RIGO (2007), La médiation institutionnelle : un mode nouveau de légitimation d’une action publique en mutation, Recherches en Communication, Département de Communication, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 25, pp.91-104.

VOLCKRICK Elisabeth (2007), Intervenir en tiers aujourd’hui, Négociations, 1, Bruxelles, De Boeck, pp.75-88.

VOLCKRICK Elisabeth (2006), Médiation institutionnelle et légitimité délibérative, Chroniques de Droit Public, Publiekrechetijke Kronieken, 2, Brugge, Ed . Vanden Broele, 518-524.

VOLCKRICK Elisabeth, Bernard HUBEAU et Pierre-Yves MONETTE (2005), (ss la dir.), Présentation du dossier : Pouvoir politique et médiation institutionnelle, « De relatie tussen politiek en de ombudsman », Chroniques de Droit Public, Publiekrechetijke Kronieken, n° 4, Brugge, Ed . Vanden Broele.

VOLCKRICK Elisabeth (2005), Les dispositifs de médiation et la question du tiers. Vers une interprétation pragmatique du tiers, in Volckrick E. & Lebrun J.-P. (eds.), Avons-nous encore besoin d’un tiers ?, Toulouse, Erès, pp. 133-158.

VOLCKRICK Elisabeth (2005), La médiation comme dispositif d’accompagnement, Les Cahiers de la Santé de la Commission Communautaire Française, pp.21-27.

VOLCKRICK Elisabeth. (2000), Médiation et régulation sociale  in Recherches en Communication, n° 13, Louvain-la-Neuve, 2000.

VOLCKRICK Elisabeth. (1999), Médiation, théories pragmatiques et théories de la communication, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion, Suisse.

 

Quelques références bibliographiques sur la médiation institutionnelle :

 

BELLEY J-G.(1997), « Justice pédagogique et ordre savant : la résolution des conflits dans la nouvelle sous-traitance industrielle », in DE MUNCK J., VERHOEVEN M., et al., Les mutations du rapport à la norme. Un changement dans la modernité., De Boeck, Bruxelles,.

BERTEN A (1993) ., « D’une sociologie de la justice à une sociologie du droit. A propos des travaux de L. Boltanski et L. Thévenot. » in Recherches sociologiques, Vol XXIV, n° 1,2. p. 69-89.

BERTEN, A. (1997), « Préface », in J. De Munck et M. Verhoeven (éds), 1997, Les mutations du rapport à la norme. Un changement dans la modernité ?, Bruxelles, De Boeck Université, p. 5-12.

BERTEN, A. (2005), « Du tiers au Tiers », in J.-P. Lebrun et E. Volckrick, (éds), Avons-nous encore besoin d’un tiers ?, Toulouse, érès, coll. « Humus », p. 39-60.

BERTEN A.(2005) , "La légitimité des institutions de médiation dans un système démocratique : tiers et violence" in Chroniques de Droit Public, Publiekrechtelijke Kronieken, n° 4, p.876-884.

BERTEN, A.(2007)  « Légitimité, légitimation et normativité », in Recherches en Communication, Département de Communication, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 25.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THEVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BONVIN, Jean-Michel et Eric MOACHON (2005) « Les métamorphoses de l’institution à l’âge de la négociation », Négociations, n° 3, Bruxelles, De Boeck, 45-56.

DE MUNCK, Jean (1993), « La médiation en perspective », Carnet de philosophie du droit, Louvain-la-Neuve, n° 15.

DE MUNCK J., VERHOEVEN M., et al. (1997) , Les mutations du rapport à la norme. Un changement dans la modernité., De Boeck, Bruxelles,.

DE MUNCK J. (1998), « De la loi à la médiation » in COHEN D., GARAPON A., France : Les révolutions invisibles, Coll., Calmann-Lévy, Magnum photos/Saint-Simon, Paris.

DE MUNCK, J. (2006), « Plus qu’un conseil et moins qu’un ordre », Dossier : « Pouvoir politique et médiation institutionnelle, De relatie tussen politiek en de ombudsman », Chroniques de Droit Public, Publiekrechetijke Kronieken, n° 6, p. 525-530.

DE MUNCK, Jean (2007), « Prendre au sérieux les négociations », Négociations, 1,Bruxelles, De Boeck, 5-11.

FAGET, J. (2006), « Médiation et post-modernité », Négociations, De Boeck Université, Bruxelles, n° 2, p. 51-62.

GELY, R. (2005), « Les usages du tiers », in J.-P. Lebrun et E. Volckrick (éds), Avons-nous encore besoin d’un tiers ?, Toulouse, érès, coll. « Humus », p. 87-103.

GELY, R. (2006), « Identités et monde commun », Philosophie & Politique, n° 12, P.I.E.-Peter Lang.

GUY-ECABERT Ch.(2002), Procédure administrative et Médiation. Inscription d’un modèle procédural dans un contexte en mutation, Bruylant, Bruxelles, Schulthless Médias Juridiques SA, Zurich.

GUY-ECABERT Ch. (2005)., « Le médiateur institutionnel dans la perspective des nouvelles formes d’action de l’Etat : l’exemple du Collège des médiateurs fédéraux », Chroniques de Droit Public, Publiekrechetijke Kronieken, Dossier : Pouvoir politique et médiation institutionnelle, De relatie tussen politiek en de ombudsman, n° 4.

HABERMAS, J. (1987), Théorie de l’agir communicationnel, tomes I et II, trad. J.-L. Schlegel, Paris, Fayard.

HABERMAS, J. (1997) Droit et démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard.

LALONDE L., LEGAULT G.A. (2005), «La médiation organisationnelle : une intervention spécifique aux organisations ? Quelques réflexions.», Revue de prévention et règlement des différends, vol.2, no3, Cowansville : Éditions Yvon Blais, p. 1 à 29.

LALONDE L., PRONOVOST S., « Médiation organisationnelle et harcèlement psychologique : tendances et questions soulevées par les politiques institutionnelles », Revue de prévention et règlement des différends, vol. 4, no2, Cowansville: ÉditionsYvon Blais, p. 23 à 39.

LALONDE L., La médiation organisationnelle : enjeux, risques et pistes de solutions, Revue de prévention et de règlement des différends (RPRD), Ed. Yvon Blais, pp.15-36.

LEGAULT G.A.(2006), «La place de l’éthique organisationnelle dans la médiation organisationnelle», Revue de prévention et règlement des différends, vol.4, no2, Cowansville: Éditions Yvon Blais, pp. 3-21.

LENOBLE J. et A. BERTEN, (1997)  « L’espace public comme procédure », in Raisons pratiques, Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Editions de l’EHESS n°3.

LENOBLE J. & M. MAESSSHALCK (2009), L’action des normes, Eed. RDUS, Université de Sherbrooke.

MONETTE P.-Y.(2002), « De la légitimité de l’Ombudsman » in Ombudsman : quelles valeurs au coeur de la fonction ?, Rapport du séminaire du 23 octobre 2001, Bruxelles, Ed. de la Fondation Roi Baudouin.

MONETTE P-Y.(2006), « Pouvoir politique et médiation institutionnelle. Un partenariat aussi difficile qu’indispensable », in Chroniques de Droit Public, Publiekrechetijke Kronieken, dossier : « Pouvoir politique et médiation institutionnelle », « De relatie tussen politiek en de ombudsman », 2006/1, pp.231-243.

REYNAUD J-D.(1993) , Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Armand colin, Paris.

VERHOEVEN M.(1997), « La médiation scolaire, un symptôme des mutations normatives dans le champ scolaire » in DE MUNCK J., VERHOEVEN M., (éd.), Les mutations du rapport à la norme, De Boeck, Bruxelles.

YOUNES Carole & Etienne LE ROY (2002), Médiation et diversité culturelle, pour quelle société ?, Paris, Karthala

 

 

Séance 7 : « De quelques dispositifs rhétoriques en médiation organisationnelle »
Patrice de la Broise (GERiiCO)
Présentation de l'intervention :

Sachant que la communication participe largement du développement social des entreprises et des organisations non-marchandes, je voudrais revenir ici sur quelques dispositifs et processus de médiation affectant la structure, la culture et les interactions sociales de l’organisation postmoderne.

Les sciences de l’information et de la communication sont sensibles aux problématiques de la médiation, en particulier dans son rapport aux médias, à l’art et au patrimoine comme à la culture scientifique, technique et industrielle. Mais qu’en est-il de la médiation quand celle-ci se rapporte à l’entreprise ou à l’Institution ? Est-elle l’apanage de quelques professionnels du « contentieux géré à l’amiable » ou bien encore de ces nouveaux gourous qui, experts en développement personnel et autre maïeutique revisitée par le management, prescrivent ou fabriquent la confiance en soi et/ou l’estime de soi pour nous « aider » à (re)penser notre rapport à l’Autre ? Le lecteur aura très vite décelé le scepticisme qui motive mon propos et qui, par-delà la critique d’une société conquise par la médiation, n’envisage rien de moins que le déclin de l’Institution (Dubet, 2002).

Je proposerai ici une approche communicationnelle de la médiation, entendue comme processus de régulation et de traduction opérant à partir d’un dispositif non exclusivement matériel, mais aussi — et peut-être surtout — discursif et symbolique . Nous reprenons ici à notre compte la formule de Faget, selon lequel : « La médiation représente à la fois une technique et un discours pour accompagner la recomposition d’institutions en déroute. C’est une technique permettant d’assurer en souplesse la gestion d’une société complexe qui, du fait de son instabilité, s’accommode mieux de processus adaptables que d’institutions immuables et de normes rigides. C’est un discours susceptible, par son effet de modernité, de produire des effets performatifs à la fois sur la vision mais aussi sur le fonctionnement des institutions qu’il concerne » (Faget, 2006). 

Biographie

Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), Patrice de la Broise est directeur-adjoint du laboratoire GERIICO (EA 4073) de l’Université Lille 3 et membre de l’équipe COPI (Communications Organisationnelles et Processus d’Innovation). Il est également vice-président Recherche de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC). À l’issue d’une recherche doctorale consacrée au patrimoine industriel et à la médiation culturelle dans ses rapports avec la communication d’entreprise, P. de la Broise a progressivement développé une approche communicationnelle des organisations (ACO) à partir du concept sociologique de professionnalisation. Il en propose une lecture socio-sémiotique, la professionnalisation étant entendue comme construction (inter)discursive du sujet, de l’organisation et de la société. Engagé dans plusieurs programmes de recherche qui, tous, ont en commun d’interroger l’écriture des organisations en mutation, P. de la Broise est particulièrement attentif à la manière dont celles-ci en appellent à l’écriture de l’activité par des acteurs « enrôlés », comme écrivants, dans la transformation des cadres de leur expérience.

patrice.delabroise[chez]univ-lille3[point]fr

Bibliographie

Ouvrages et chapitres d’ouvrages

de la Broise, P. (2012), « La professionnalisation au risque de la norme ? », in  D. Demazière, P. Roquet et R. Wittorski (dir.) « La professionnalisation mise en objet », L’Harmattan.

de la Broise, P.; Sadowski, C-L. (2010). « Management de la communication versus communication managériale : l’éthique communicationnelle à l’épreuve des rationalisations cognitives », in J. Bonnet, R. Bonnet, G. Grammacia (dir.) « Management et Communication : mutations, emprunts et résonances », Coll. Communication des Organisations, L’Harmattan

de la Broise P. (2008), « L’entretien biographique : plus qu’une méthode, une méthodologie pour questionner et interpréter la professionnalisation en SIC », in « Méthodologies et techniques de recueil des données en communication organisationnelle » (Meyer et Bouzon, dir), L’Harmattan.

Articles scientifiques

de la Broise, P. (2012), La lutte pour la reconnaissance : Codes, chartes, référentiels et autres manifestes des professionnels français de la communication, Revue Internationale de Communication Sociale et Publique (RICSP), UQÀM, Québec [sous presse]

de la Broise, P.; Huët, R. (2010), « La responsabilité sociale des entreprises en quête d’auteurs. Communication & Organisation, 36

de la Broise, P. ; Grosjean, S. (2010). « Normes et écriture de l’organisation » (coord.), in Études  de communication, 34, p. 9-21

de la Broise, P. ; Demailly, L. (2010.), « Les enjeux de la déprofessionnalisation. Études de cas et pistes de travail », Socio-logos, 4.

de la Broise, P. ; Chantraine O. (2010), « Approche garfinkelienne de la communauté universitaire », Cahiers d’ethnométhodologie, 4, p. 207-215

de la Broise, P. (2008), « La professionnalisation en sciences de l’information et de la communication : le savoir-faire au péril des savoirs ? », 16ème Congrès de la SFSIC, Les sciences de l’information et de la communication : affirmation et pluralité, 11-13 juin 2008.

de la Broise, P. , Roquet P. (2007), « Ordre négocié de la formation professionnelle et développement des compétences ». In Formation et production des compétences. Enjeux et perspectives. Lellou A., Nekaa H., Tahari K., Yanat Z. (dir.). Ed. Dar El Gharb, p. 227-238.

de la Broise, P. (2006),  « La professionnalisation des communicateurs : de la fonction aux métiers », in « Communication et interaction ? », Éducation Permanente, 1er semestre 2006.

 Références bibliographiques (intervention) : 

Boltanski, L., Thévenot, L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu P. (1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 243 pages

Callon, M. (1986), Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc, L’Année sociologique, 36, pp. 169-208.

Callon, M. (1995), Four Models for the Dynamics of Science, in : Jasanoff, S., Markle, G., Petersen, J., Pinch, T. (eds.), Handbook of Science and Technology Studies, Thousand Oaks, Sage, pp. 29-63.

Cattla, M. (2005), Action publique régionale et nouveau management public : le cas de la rhétorique de l’innovation, PUF, Sociologies Pratiques10, pp. 77-95

D'Almeida, N. (2007), La société du jugement ; Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris, Armand Colin, 252 p.

de la Broise P., Lamarche, T. (2006), Responsabilité sociale : vers une nouvelle communication des entreprises ?, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 224 p. 

de la Broise P., Roquet P. (2007). Ordre négocié de la formation professionnelle et développement des compétences. In Formation et production des compétences. Enjeux et perspectives. Lellou A., Nekaa H., Tahari,  K., Yanat Z. (dir.). Oran, Ed. Dar El Gharb, p. 227-238).

Dubet, F. (2002). Le Déclin de l’institution. Paris, Le Seuil.

Faget, J. (2006). Médiation et post-modernité. Légitimation ou transformation de l’action publique ? in Négociations, De Boeck Université, 6,  206 pages, pp 51-62

Francfort, Osty, Sainsaulieu, Uhalde, (1995), Les mondes sociaux de l’entreprise. Penser le développement des organisations, La Découverte (réed. 2007), 408 p.

Goffman, E., Façons de parler, Éditions de Minuit, 1987, 277 p.

 

 

10 mai 2012
Séance 8 : « Circulation sociale des photographies : une approche des médiations »
Marie Desprès-Lonnet (GERiiCO), Cécile Tardy (Université d’Avignon), Laure Bolka (GERiiCO)
Présentation de la séance :

L’objectif de cette séance sera d’ouvrir un débat sur de nouvelles approches des médiations par l’image. Nous présenterons les résultats d’un projet de recherche au cours duquel nous avons tenté de croiser des démarches qui sont souvent relativement disjointes au sein de notre discipline et qui appartiennent de fait à trois champs distincts : Celui de la documentatioin, celui de la médiation du patrimoine et celui de la photographie. Les trois collègues qui exposeront leurs travaux au cours de cette séance s’intéressent globalement à l’image et optent pour une démarche de recherche qui met en rapport dispositifs de médiations, logiques documentaires et sémiotique de l’image.

L’objet sur lequel reposent les études qui seront présentées ici est la photographie documentaire. Une des caractéristiques de l’image est que le sens lié à son contexte de production ne circule pas « automatiquement » avec elle, que son interprétation s’effectue selon ses contextes d’usages. Une fois placée dans un espace de communication plus large que son contexte de production, elle entre dans un jeu de réinterprétation constante. Si l’usage scientifique cherche à faire durer son sens initial, les usages culturels et institutionnels vont jouer sur cette marge possible d’interprétation, sans disqualifier pour autant la dimension documentaire, mais en élargissant le cercle des acteurs garants du sens de l’image. L’intéret de la photographie documentaire est qu’elle fait se rencontrer deux logiques : Celle d’une démarche intellectuelle et artistique qui fonde son « contenu » et celle qui fait de cette image un objet médiatique saisi dans des pratiques communicationnelles.  C’est en lui donnant le double statut d’outil et de média que nous la considérerons dans son rôle organisateur d’une pluralité d’usages : étude et connaissance du patrimoine, pratiques culturelles, communication, médiation culturelle...

A partir de ces présentations nous aimerions ensuite échanger avec nos collègues sur la manière dont pourrait être abordée la thématique de la médiation par l’image à Lille 3, dans la perspective de notre participation au « pôle image ».

Bibliographie

Amelunxen (von) H., Pohlmann U. et Virilio P. (1997) ; Les lieux du non-lieu : l'état des choses dans la photographie française contemporaine, Dresde : Kunst.

Ardenne P., Durand R. (2007), Images mondes : de l'événement au documentaire, Monografik Editions.

Barthes R. (1980), La chambre claire : Note sur la photographie, Éditions de l'Etoile, Paris : Gallimard-Le Seuil.

Baudrillard J. (2007), Pourquoi tout n'a-t-il pas déjà disparu ?, Paris : Éditions de l'Herne.

Becker, H. S. (2001), « Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme : tout (ou presque) est affaire de contexte », Communications 71 : 333-351. Première publication en anglais en 1995.

Becker, H. S. (2007), « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie française, vol. 37, 2007/1, pp. 23-28.

Belting H. (2004) ; Pour une anthropologie des images, Paris : Gallimard.

Briet, S. Qu’est ce que la documentation ?

Caune J. (1999) ; Pour une éthique de la médiation, le sens des pratiques culturelles, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, (Communication, médias et sociétés)

Chauvin G., Hubert R. (2010), Aucun Détour ne ment, Paris : Editions Allia.

Conord, S. (2007), « Usages et fonctions de la photographie », Ethnologie française, vol. 37, 2007/1, pp. 11-22.

Davallon J. (2004), « La médiation, la communication en procès », MEI, Médiation et information, n° 19, Médiations & médiateurs, p. 37-59.

Dubois, Philippe, (1990), L'Acte photographique, Labor, Bruxelles : Nathan-Université.

Dondero, Maria Giulia. (2007), « Les pratiques photographiques du touriste entre construction d'identités et documentation », Communications et langages, n° 151.

Elkins J., (1999), The domain of images, Cornell University Press.

Foucault M. (1966), Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, 1966.

Foucault M. (1966), Le Corps utopique, suivi de Les Hétérotopies, Paris : Lignes.

FREUND, Gisèle. (1974), Photographie et société, Paris : Seuil.

Héritier F., « Saisir l'insaisissable et le transmettre » L'Homme, n° 185-186 - Lieux et non-lieux de Marc Augé, EHESS, Paris, 2008.

Huguenin R., (2009) « La photographie industrielle entre image documentaire et image publicitaire », Conserveries mémorielles, n° 6.

Lambert F. (1986), Mythographies : La photo de presse et ses légendes, Paris : Edilig.

Latour B. (1996), « Ces réseaux que la raison ignore - laboratoires, bibliothèques, collections », dans C. Jacob et M. Baratin (dir.), Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres dans la culture occidentale, Albin Michel, Paris, p. 23-46.

Pedauque R.T. (2007), La redocumentarisation du monde, Cépaduès-Editions : Toulouse.

Pedauque R.T. (2003), « Document : forme, signe et médium, les reformulations du numérique », STIC-CNRS, vol. archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000511.html.

Peroni M., Roux J. et Augé M., (1998), Le travail photographié, Saint Etienne : Presses universitaires de Saint Etienne - CNRS Editions.

Rouillé A. (2005), La Photographie : entre document et art contemporain, Paris : Gallimard.

Salaün J.-M. (2007), « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication, n° 30, pp. 13-23.

Schaeffer J.-M. 1987. L’image précaire : du dispositif photographique, Paris : Le Seuil.

Semprini, A. (1996). Analyser la communication : comment analyser les images, les médias, la publicité ? Paris : L’Harmattan (champs Visuels).

Sicard, M. 1998. La fabrique du regard, Paris, Odile Jacob.

Sontag S. (1977), On photography, London : Penguin Books.

Tagg J. (1988) The burden of representation: Essays on photographies and histories, University of Minnesota Press.

Tardy, C. (2007), « La photographie, outil documentaire : Des musées aux paysages ». Recherches en communication, « Photographie et communication », 27, p. 151-164.

Zacklad M. (2007). « Annotation : attention, association, contribution ». In P. Salembier et M. Zacklad eds, Annotations dans les Documents pour l’Action. Paris : Lavoisier, pp. 29-46.

 

7 juin 2012 : 
Séance 9 : Séance de clôture du séminaire "Quel(s) usage(s) de la notion de médiation ?"
Table ronde animée par Stéphane Chaudiron, avec Patrice de la Broise, Marie Desprès-Lonnet, Michèle Gellereau, Simona de Iulio et Jacques Noyer.

A l'issue des différentes séances du séminaires qui ont permis de mettre en évidence la manière dont la notion de médiation est utilisée dans différents travaux, il s'agira de s'interroger sur la manière dont les chercheurs et les doctorants de GERiiCO appréhendent cette notion et la discutent.

 

Bibliographie indicative :

Barbot M-J., Lancien T. (dir.), 2003, « Médiation, médiatisation et apprentissages », Notions en Questions n° 7, Lyon, ENS Éditions.

Cahiers de l'action culturelle, Regards croisés sur la médiation culturelle, LARC/UQAM, Montréal- <http://www.culturepourtous.ca »; onglet Groupe de recherche sur la médiation culturelle; textes Regards croisés sur la médiation culturelle, 2009.

Chaumier J., Les techniques documentaires au fil de l'histoire – 1930-2000, Paris, ADBS Editions, 2002

Études de communication, n°21, 1998, Médiations culturelles, dispositifs et pratiques (coord. M Gellereau), Consultable en ligne sur http://edc.revues.org

Les Enjeux de l'Information et de la Communication, dossier 2010, La (les) médiation(s) en SIC, (coord. J. Caune), Consultable en ligne.

Médiations (V. Liquète, dir), Les Essentiels d'Hermès, CNRS Editions, Paris, 2010

Moirand S., « De la médiation à la médiatisation des faits scientifiques et techniques : où¹ en est l'analyse du discours ? », Colloque Sciences, Médias et Société, 15-17 juin 2004, Lyon, ENS-LSH, Consultable en ligne.

Müller J., « Vers l'intermédialité », in Médiamorphose, n°16, avril 2006

Peraya D., « Communication éducative médiatisée, formation à distance et campus virtuels », Téléchargeable en ligne.

Peraya D., « Les dispositifs de communication éducative médiatisée: médiatisation et médiation », Journées d'études sur la médiation culturelle, « La médiation culturelle ou naissance d'une nouvelle professionnalité ? », SFSIC, 18 et 19 septembre 1998, Avignon

Peraya D., « Médiation et médiatisation ; le campus virtuel », in Hermès n°25, 1999, pp.153-167

Porcher L., 2006, Les médias entre éducation et communication, Paris, Vuibert.

Questions de communication, série actes, n°10/2010, Usages et enjeux des dispositifs de médiation, Presses universitaires de Nancy.

Réseaux, n°60, Les médiations, juillet août 1993

Revue MEI, n°19, Médiations et médiateurs (sous la dir. de Marie Thonon), Paris, Éd. de l'Harmattan, 2004 (consultable en ligne)

 

Ressources internet :

Site de la Médiation culturelle : http://mediationculturelle.culturepourtous.ca/ressources/

http://mediationculturelle.culturepourtous.ca/ressources/

 

 

Les dispositifs d'information et de communication

Organisé par Jacques Noyer, Professeur en SIC, GERiiCO

 

Présentation

Après la question des usages (2006-2007), celle des pratiques (2007-2008), suivie en 2008-2009 de celle des outils, l'ensemble ayant été prolongé, en 2009-2010, par un retour sur les concepts d'information et de communication, la question des dispositifs présente un évident intérêt à être réabordée, recadrée, retravaillée…

On peut, en effet, estimer qu'elle a fréquemment été en filigrane des travaux des années antérieures ; elle sera, cette année, le point de questionnement central de ce séminaire doctoral. Le séminaire abordera la question des dispositifs sous des angles divers qui, de la communication des organisations à l'analyse des différentes formes de productions médiatiques, de l'approche en termes de médiation culturelle à celle orientée vers la théorie des documents, tenteront de recenser les multiples éléments d'un panorama complexe en Sciences de l'Information et de la Communication.

Le principe est que, dans ce séminaire, les axes de questionnement et les perspectives théoriques et méthodologiques développés par les trois équipes de GERiiCO (SID, COPI, MEDDIATICS), soient représentés de façon à ce que chaque étudiant inscrit en thèse au sein du laboratoire puisse nourrir sa problématique propre des discussions qui ont lieu durant les différentes séances.

 

Programmation

Le programme a donc été conçu en fonction de ces objectifs, sur la base d'un rythme mensuel des séances, de novembre à mai.

Programmation : 7 séances Le jeudi 16h30-19h – Maison de la Recherche (sauf le 20 janvier 2011).

 

25 novembre 2010 // salle 019 
Séance 1 : Présentation du programme du séminaire - Cadrage épistémologique d'une notion-concept - Enjeux heuristiques et approches méthodologiques différenciées.
Jacques NOYER / GERiiCO – Lille 3

16 décembre 2010 // salle 019
Séance 2 : Retour sur la définition du dispositif selon Foucault (sujet, savoir, pouvoir) - Approche critique/politique vs approche anthropologique - Eléments de « psychopolitique »
Thomas HELLER / GERiiCO – Lille 1

20 janvier 2011  
Séance 3 : Des systèmes de recherche d'information aux dispositifs d'accès à l'information : l'évolution de quelques concepts clés - Paradigme-système / paradigme-usager - Du système au dispositif : quelles conséquences sur le plan scientifique en SIC ?
Stéphane CHAUDIRON / GERiiCO – Lille 3

17 février 2011 // salle 008
Séance 4 : Dispositifs d'interprétation et de médiation culturelle - La question des dispositifs construits pour les publics dans différents espaces de médiation - Les dispositifs construits par le chercheur pour travailler son "terrain" (la séance sera organisée en collaboration avec des collègues et doctorants travaillant sur les questions culturelles)
Michèle GELLEREAU / GERiiCO – Lille 3

 

10 mars 2011 //  salle 008
Séance 5 : Proliférant aujourd'hui dans les SIC, le terme de dispositif est souvent référé à Michel Foucault et à sa théorie du pouvoir. On défendra l'idée que ce succès d'usage s'explique non pas en vertu de cet héritage théorique mais en raison du potentiel sémantique de ce vocable. On couplera cet examen avec celui d'une autre notion liée : celle, tombée en désuétude, de médiatisation que l'on différenciera de celle de médiation et dont on défendra la pertinence.
(Guy LOCHARD / ISCC – Paris 3)

7 avril 2011 // salle 008
Séance 6 : Axes thématiques pressentis : dispositifs organisationnels de gestion et de communication de crise / Dispositifs et idéologie de la « transparence » / Développement durable : dispositifs et enjeux de communication
Thierry LIBAERT / LASCO – Louvain La Neuve


19 mai 2011 //salle à définir
Séance 7:  Axes thématiques pressentis : « dispositifs info-communicationnels » et médiation documentaire / Culture informationnelle et approche ethno-informationnelle / Des dispositifs informationnels aux dispositifs de formation.
Viviane COUZINET / LERASS (MICS)  - Toulouse 3 -

 

Organisé par Pierre Delcambre (Professeur en SIC, GERiiCO) et Agnieszka Tona (MCF en SIC, GERiiCO) 30 ans après la naissance de la discipline SIC... "information" et "communication": des domaines, des objets, des concepts? Problématiques émergentes. »

Organisé par Pierre Delcambre (Professeur en SIC, GERiiCO) et Agnieszka Tona (MCF en SIC, GERiiCO)

 

 

Le concept « d’outil » et son acception particulière dans et pour les sciences humaines et sociales et singulièrement les sciences de l’information et de la communication

 Organisé par Dominique Cotte (professeur en SIC, GERiiCO)

 

Présentation

Les deux précédents séminaires ont travaillé la question de l’usage, puis celle des pratiques, renvoyant ainsi à des modes d’appréhension, à des actions ou à des « faire ». Cette année, la réflexion est poursuivie  en nous intéressant aux objets par le truchement desquels peuvent exister ces pratiques, ces actions, ces faire.

Le vocabulaire pour exprimer la dimension matérielle, fabricationnelle des actions et usages est surdéveloppé : techniques, technologies, NTIC, TIC (déclinées en TICE, TICO, etc. selon leurs objets), dispositifs, systèmes, etc. Nous voudrions partir d’une acception simple de l’artefact que l’homme interpose entre lui et le monde pour agir, en revenant à la notion anthropologique fondamentale de l’outil. A partir de là se posent deux questions : une discipline comme les SIC a-t-elle a avoir un discours particulier sur cette question de l’outil, notamment en relation avec la notion de « technologie intellectuelle » ? Et cette branche des SHS développe-t-elle pour elle-même en termes méthodologiques et conceptuels, des « outils » particuliers ?

 

Sur la forme, le souhait est d’associer les propositions faites par les doctorants ou jeunes docteurs à une intervention de chercheur confirmé, lorsque les thématiques s’accordent.

Le développement souhaité pour ce séminaire serait celui d’une démarche généalogique : remonter aux sources du florilège de termes et concepts qui se bousculent lorsqu’il est question d’aborder les moyens du faire, c’est-à-dire la question de l’effectuation de ces pratiques, qui ont fait l’objet du précédent séminaire.

 

Programmation

 

Horaires : le Jeudi de 16 à 19 heures

Université Lille3 - Maison de la Recherche  - Salle 008

 

6 Novembre 2008
Séance 1 : Présente de la thématique et du programme général du séminaire par  Dominique Cotte

- Présentation de la bibliographie

- Présentation des intervenants

- Discussion sur les pistes de travail

 

18 Décembre 2008 
Séance 2 :
   Exposé de Dominique Cotte, Professeur, sur le thème :« Leroi-Gourhan, Simondon et l’outil, concepts et apports croisés ».
   Exposé de Pierre Delcambre, Professeur, présentant le travail de Delphine Gardey, intervenante pressentie pour la séance 7.
 

12 Février 2009 
Séance 3 :
Exposé d’Emmanuël Souchier, Professeur, sur le thème des théâtres de mémoire.
Intervention de Sabine Lesenne et Véronique Temperville, doctorantes

 

5 mars 2009
Séance 4 : « l’impact des procès de fabrication sur une sémiotique du visible »
Exposé d’Annette Béguin, Professeure Emérite, sur l’interprétation sémiotique d’un corpus de monnaies grecques. Annette Béguin introduira une notion de permanence à partir de l’artefact qui marque (au sens fort s’agissant de la frappe de monnaie), qui moule, qui façonne l’objet. Elle propose une sémiotique de la reconnaissance par trace de fabrication.

2 Avril 2009
Séance 5 : 
Exposé d’Ismaïl Timimi, Maître de Conférences, sur le thème : « Outils d’évaluation et évaluation des outils ».

 
 7 Mai 2009 
Séance 7: 
Delphine Gardey, Professeur, sociologue et historienne, présentera son approche de l’impact des outils, des gestes et des méthodes sur les organisations de travail au cours des 19ème et 20ème siècles dans les univers de bureau.

4 Juin 2008
Séance 8 :  
Intervention de Jean-Stéphane Carnel, doctorant, sur le rôle des structurations documentaires dans le mont(r)age des images en télévision.
Bilan des travaux, synthèse et conclusion par Dominique Cotte.
Perspectives : projets de recherche, publications

 

Quelques références bibliographiques

 

De Beaune S., L’homme et l’outil. L’invention technique durant la préhistoire, Cnrs, 2008

Deforge Y., L’œuvre et le produit, Champvallon, 1990

Gardey D., Lire, écrire, calculer. Une révolution de papier 1800-1940, La Découverte, 2008

Gille B., (éd.) Histoire des techniques, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard

Leroi-Gourhan A., Le geste et la parole, vol.1  Technique et langage, vol. 2 La mémoire et les rythmes, Albin Michel, 1977

Perriault J., Les outils du savoir à distance, L’Harmattan, 1996

Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 2001

Souchier E., L’espace de la presse quotidienne comme « théâtre de mémoire », forme instituante de la doxa contemporaine. Le cas de l’Yonne républicaine, in. Chevalier Y., Juanals B., (Dir.), Espaces physiques, espaces mentaux : identités et échanges, éditions du conseil scientifique de l’université Charles-de-Gaulle, Lille 3, Coll. UL3 Travaux recherches, 3e trimestre 2007

Yates F., L’art de la mémoire, Gallimard, 2001