Soutenance de thèse - Gilbert Capo Chichi

GERiiCO Vie du laboratoire Soutenance de thèse
30 mars 2016
À l'université de Lille, de Pont de bois

Soutenance de thèse, intitulée :

"D'une perspective anthropologique vers l'élaboration d'un dispositif de management des connaissances en Afrique de l'Ouest"

Mercredi 30 Mars 2016 

Gilbert CAPO CHICHI, Université de Lille 

La soutenance aura lieu à l'université de Lille, campus de Pont de bois,  dans le cadre de  École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) , en partenariat avec Groupe d'études et de recherches interdisciplinaires en information et communication (Lille)(laboratoire) .

Sous la direction de Widad Mustafa El Hadi..

Le président du jury était Laurence Favier..

Le jury est composé de : 

 


Le résumé : 

À l'instar de la mutation des Sciences Humaines et Sociales soutenues par le bouleversement des paradigmes des sciences de l'information et de la communication, et des systèmes de l‟organisation des connaissances vers ceux portés par les sociétés du savoir, il est important, de réétudier la relation entre les individus, les communautés et la technologie dans un contexte d‟apprentissage pour une capitalisation des connaissances.L‟objectif de cette thèse est de proposer un modèle hybride de capitalisation des savoirs soutenu par le management des connaissances dans un contexte béninois. Cette proposition vise à une amélioration des résultats de la réutilisation des connaissances en entreprise.Ainsi, nous sommes parti d‟une interrogation sur l‟existence d‟un modèle de capitalisation des connaissances endogènes pouvant booster le développement des entreprises ouest-africaines en général et béninoises en particulier. Pour vérifier la possibilité de l‟application ou de la transposition de ce modèle traditionnel aux réalités de l‟entreprise, nous nous sommes intéressé aux facteurs pouvant affecter l‟efficacité des processus de transfert pour une capitalisation.

Ces facteurs ont été identifiés lors de notre revue de littérature pendant laquelle nous avions constaté une multitude de techniques et d‟approches théoriques permettant d‟appréhender le phénomène. Cependant, au cours de cette recherche, nous sommes partagé entre deux courants de pensée dominants, dans ce champ disciplinaire, que sont le constructivisme et le positivisme.Dans cet élan, nous sommes parti d‟une perspective anthropologique vers la mise en place d‟un dispositif de capitalisation des connaissances en Afrique de l‟ouest. Ainsi, nous nous sommes inspiré de la manière dont les communautés Yoruba Nago du Fa perçoivent la vie de l‟entreprise et la transmission du savoir (quelle connaissance transférée, par quels outils, et l‟impact de ce transfert sur la communauté).

Pour atteindre cet objectif évoqué plus haut, nous avons procédé par une méthode exploratoire qualitative auprès des différents acteurs de la communauté de pratique Fa et aussi auprès de certaines entreprises béninoises. Ceci a été fait à travers l‟implémentation (adaptation) d‟un dispositif de capitalisation des connaissances dans l‟entreprise en tenant compte des réalités culturelles et anthropologiques dont le cas est présenté dans cette thèse par une étude empirique.


Tweeter Facebook